Gourmandise : salon de café McQueen, des parfaits japonais à Paris

Quand on va pour la première fois dans un pays comme le Japon, très éloigné mais dont on a en tête plein de clichés et de bribes de connaissances indirectes via la culture populaire, on a tendance à se faire une petite liste des choses à voir et faire. Le mont Fuji, le Shinkansen, les temples, les filles en kimono, le pachinko… Bon, pour cette fois, les deux premiers n’étaient pas sur mon chemin.

Sur la mienne, il y avait aussi : « manger un parfait – quoi que ça puisse bien être ».

Parce que c’était revenu plusieurs fois dans des dessins animés, notamment dans la scène de Sailor Moon où avant de se faire tuer par les sbirettes de Zoisite, Nephrite écoute la jeune Naru lui confier qu’elle aimerait aller manger un parfait un chocolat avec lui. La scène repassait en flashback à chaque fois que Naru repensait ensuite à Nephrite, et ça faisait donc 20 ans qu’un coin de mon cerveau se demandait « c’est quoi un parfait? ».

sailormoon_naru_parfait

On la revoit même en parler dans le jeu Sailor Moon Drops sorti en 2017

J’ai enfin pu répondre à cette question en octobre dernier, après en avoir vu en vitrine de plusieurs salons de thé à Osaka et Kyoto. Mais difficile de partager ça avec vous sans vous donner une chance d’y goûter aussi sans pour autant faire 12 heures d’avion.

En suivant la graphiste Joranne sur Twitter (elle aussi fan de Japon qui adore partager ses découvertes et étonnements sur ses voyages), j’ai découvert en décembre dernier qu’il y avait sur Paris un endroit typiquement japonais qui en faisait : le Café McQueen, situé dans le quartier Opéra vers le bas de la rue Molière. Un Kisso-ten, plus exactement : un salon de café où discuter entre amis de façon décontractée en écoutant de la musique japonaise et en mangeant des desserts. Ils font aussi quelques plats pour le midi.

cafe mcqueen_2

On peut facilement rater la vitrine

Un petit dessin valant mieux qu’un long discours, voici la composition type d’un parfait à la japonaise : dans une coupe à glace, on superpose (sans les mélanger) glace, céréales de type corn flakes, crème chantilly, morceaux de gâteau, fruits, glace et sirop.

 

Un empilement hétéroclite de bonnes choses, donc. Et tout à fait semblable à ceux que j’ai vus exposés en vitrine dans la région d’Osaka. Les céréales et la glace sont incontournables, pour le reste j’ai l’impression que comme une bonne partie de la cuisine japonaise, cela varie en fonction des saisons et des arrivages. Ils ont d’ailleurs, au Café McQueen, le Parfait de la semaine.

Lire la suite

Gourmandise : Café Kitsune (et latte art aussi)

J’ai découvert l’existence de l’adresse en cherchant sur Internet où boire du matcha à Paris, après avoir goûté celui de la pâtisserie Umami. Heureusement, car ainsi j’étais préparée par les commentaires des clients au service pas très souriant. Sur place, ça se dégèle un peu suivant qui sert, mais il faut amorcer la pompe (de conversation).

Heureusement, le cookie coco-caramel est plutôt bon. Le capuccino est crémeux, avec du latte art (poke à Marion-chan, qui cherchait justement des adresses de cet art peu pratiqué à Paris). C’est dingue d’arriver à vous dessiner un coeur sur votre cappuccino et de vous le tendre en faisant la gueule. Et pourtant la barista avait l’air américaine (l’accent, plutôt).

Ce samedi, le choix de trucs-qui-se-mangent est restreint : cake du jour (parfum non marqué), cookie coco caramel chocolat, ou chocolat. Sinon ils font aussi les glaces. Niveau boissons, c’est plus étendu, avec des jus de fruits bio, diverses variantes de « café avec lait », dont du « flat white », décrit comme « un cappuccino sans mousse ». … Du café au lait, donc? Ils servent aussi du matcha latte, ce qui explique sans doute la présence de nombreux clients japonais.

Pour les prix, c’est assez cher, comme on s’y attend vu la marque et le lieu : sous les arcades du jardin du Palais Royal.

P.S. : j’ai oublié de dire aussi qu’il y a de l’eau aromatisée (je sais plus si c’est concombre ou menthe ou fruits dedans) en service libre sur l’espèce de tablette comptoir. So bobo, ok, mais toujours appréciable pour touriste assoiffé de truc frais non calorique – et gratuit.

La prochaine fois, je teste les pâtisseries du Café Muscade juste à côté plutôt… Où, même sans acheter, l’accueil était plus sympathique.

cafe muscade

Pendant ce temps, au Café Muscade…

Informations pratiques :
Café Kitsuné
51 Galerie de Montpensier
(M) Pyramides ou Palais Royal
Horaires :
Lundi – vendredi : 10h –18h
Samedi – dimanche : 10h30-18h30

Et 109, rue Amelot
Horaires :
Lundi – dimanche : 11h –18h

Gourmandise : Umami Matcha Café : thé vert et latte art

C’est la pâtisserie / restaurant / épicerie japonaise du moment, récemment ouverte près de République. Sa spécialité, c’est le matcha, thé vert japonais. La carte propose de le boire tel quel, ou en « cappuccino » (au lait chaud) ou autres variations lactées, et même avec préparation traditionnelle au fouet. A noter que c’est un des rares endroits à Paris où j’ai vu du latte art, même si c’est sur de la mousse verte! (et si apparemment, ça se résume à faire un coeur dans les deux lieux où j’en ai vus)

Le matcha fait également partie des recettes de plusieurs des desserts: cookie matcha/chocolat blanc, glace matcha/hokicha/sésame, ou matchamisu -tiramisu au matcha et aux fraises.

La maison propose quelques plats salés, dont un plat du jour, qui donne un exemple d’utilisation des produits qu’ils vendent dans la partie épicerie. J’ai goûté le gyudon, boeuf mariné sur riz tsuyahime et carottes, fort bon. Le truc noir dans la bouteille d’eau, c’est un bloc de charbon pour la purifier…

Pour le matcha latte, j’avoue que je n’ai pas trop aimé, mais j’ai de toute manière beaucoup de mal à supporter le thé au lait d’une manière générale. Le Chai Tea Latte de Starbucks est une des rares boissons non alcoolisées que j’ai trouvée trop mauvaise pour la finir, ça vous donne une idée… Le matcha latte est plus neutre, mais je préfère mon matcha comme j’aime mon thé autre: sans rien dedans. Question de goût.

umami_08

Le matcha en « shot », servi en petit verre donc, mousseux et opaque, est nettement plus fort que le thé vert bu dans les restaurants japonais. Attention: ça râpe… C’est là que je me suis rendu compte que je croyais connaître mais en fait non.

Les pâtisseries qui accompagnent le « matcha gourmand » sont bonnes, le crumble au yuzu citronné à souhait (le yuzu est un genre de citron japonais peu acide). A la carte également : le fondant au chocolat au yuzu. Ils proposent aussi du café (torréfié par Coutume) préparé à la japonaise : des espressos et variantes avec une machine nippone, et aussi du café filtré méthode lente, V60 :

umami_06

Le service est souriant, et disponible pour vous expliquer les différents plats et les boissons inhabituelles. Pas besoin donc d’être déjà un afficionado de la cuisine japonaise pour y aller. Au contraire, c’est un bon endroit pour s’initier en douceur. On sent que le personnel est impliqué et passionné par le projet, et qu’ils ont envie de partager leur amour de ces produits. Ils organisent d’ailleurs des rencontres avec les producteurs de certains produits :

umami_07

Une mention spéciale pour la décoration du lieu : lumineuse, avec des chaises confortables, des compositions végétales suspendues et des touches de bois disséminées, le lieu est très beau et très agréable, les 36 couverts (dont certains au bar) pas trop entassés. C’est zen!

Informations pratiques :
Umami Matcha Café
22 rue Béranger 75003 Paris
(M) République ou Temple
Horaires :
Mardi-vendredi : 9h – 19h
Samedi : 10h – 19h