Les 10 fans les plus influents de 2012

Le site Daily Dot continue de faire ses récapitulatifs de l’année 2012 vu par le petit bout de la lorgnette geek.

Cet article dresse une liste des 10 fans les plus influents de 2012.

1) En tête de liste, E.L. James, l’auteur de Cinquante Nuances de Grey, qui a utilisé le fandom de Twilight pour se propulser dans le monde de l’édition professionnelle avec son best-seller (qui était à l’origine une fan-fiction de Twilight).

2) Ensuite, Matthew Inman alias The Oatmeal, l’auteur d’un webcomics très populaire. Ce n’est pas juste pour son blog qu’il est nommé médaille de bronze, mais parce que grâce à son ode à Tesla, et au mouvement qu’il a ensuite lancé pour sauvegarder le laboratoire du scientifique, il a rassemblé plus d’un million trois cent mille dollars pour construire un musée Tesla.

3) Noelle Stevenson alias GHingerhaze, qui a lancé plusieurs mèmes via son Tumblr et va elle aussi être éditée.

4) Rebecca Tushnet et Francesca Coppa, de l’OTA (Organization for Transformative Works) qui ont prouvé au Congrès que les fans ne pouvaient pas faire du bon boulot s’ils ne pouvaient pas ripper les DVDs, ce qui a apparemment convaincu la Bibliothèque du Congrès de recommander que les remix non-commerciaux ne soient pas poursuivis.

5) James Turner (Coder Brony), un fan de Mon Petit Poney qui a levé des fonds pour financer une campagne de remerciement aux producteurs de la série.

6) Cara McGee, qui a lancé un commerce de mélanges de thés autour de Sherlock Holmes, qui marche très bien.

Et la liste continue…

C’est l’été, c’est la saison des conventions!

Il y a quelques jours, c’était Comic Con, à San Diego, qui devient de plus en plus gigantesque. Et dont certains se demandent si cela reste encore un endroit pour les fans, à force de devenir un marché pour professionnels.

La 21e édition d’Anime Expo à Los Angeles, où de nombreux fans se sont déguisés.

Pour les résidents d’Ile de France, si vous avez croisé des gens habillés bizarrement il y a 15 jours, c’était sans doute pour son équivalent français, Japan Expo.

Voilà pour quelques mastodontes, il y a aussi des conventions plus petites et plus spécialisées :

VidCon : la convention annuelle des monteurs de vidéos amateurs. Historique et détails de la dernière édition, qui a eu lieu fin, dans cet article.

BronyCon, celle qui rassemblent les fans de la nouvelle série Mon Petit Poney – dont beaucoup d’hommes. La 2e édition a attiré plus de 4000 personnes!

Les fans de Mon Petit Poney contre Hasbro qui change un personnage atteint de strabisme

Dans la nouvelle série de Mon Petit Poney, un personnage de Pégase femelle atteint de strabisme et légèrement distrait et gaffeur, Derpy Hooves, a conquis une bonne partie du public.

Problème : le terme « Derpy » (d’après le Urban Dictionary, « Awkward or embarrassing, especially pertaining to a person » – « maladroit ou embarrassant, en particulier au sujet d’une personne ») est considéré par certains comme pouvant offenser les handicapés et leur rappeler les brimades auxquelles ils sont sujets.

En réponse, la société Hasbro a entamé de ré-écrire le personnage. Ils ont retiré de iTunes l’épisode incriminé, pour remettre en ligne une version où le strabisme de Derpy est presque inexistant, et sa voix a été changée.

Au grand dam des fans, qui ne comprennent pas en quoi le personnage, très populaire dans le fandom, est négatif. Cf ce débat sur un forum français, qui résume bien la situation.

Pour suivre la suite des événements, vous pouvez voir le site #SaveDerpy.

Tribu : les Bronies, ces fans mâles de Mon Petit Poney

A ne pas confondre avec les gâteaux au chocolat (qui prennent un w), les bronies sont la contraction de bro (brother = frère) et ponies (pluriel anglais de poney).

Ils sont en train de devenir un phénomène médiatique, parce que c’est assez inattendu et amusant pour que Wired.com leur consacre plusieurs articles, et que même le Wall Street Journal parle d’eux.

A la base de ce buzz, un show initialement conçu pour les enfants, et en particulier les petites filles, le remake 2010 de Mon Petit Poney. Initialement une de ces séries animées créées dans les années 80 pour servir de publicité à une ligne de jouets, la marque a toujours gardé des afficionados, mais plutôt du sexe féminin.

Assez bizarrement a priori, le remake a conquis (à leur corps défendant pour la plupart) un grand nombre de fans masculins, d’un âge supérieur à celui attendu.

D’après un recensement fait par un de ces bronies, sur environ 9000 personnes ayant répondu à son sondage, 85% étaient de sexe masculin, et presque 90% ont entre 15 et 29 ans. Les stats démographiques des vidéos sur YouTube indiquent un ratio plus proche de 2/3 d’hommes pour 1/3 de femmes.

Surprenant? Oui et non.

4Chan, le site en train de devenir célèbre car considéré comme la source du mouvement des Anonymous, doit son nom à Yotsuba, une petite fille naïve et enjouée dont la découverte du monde fait la joie des lecteurs du manga du même nom (publié en France par Kurokawa – et je le recommande). Or ses membres, bien que variés, se trouvent en grande partie parmi les technophiles entre 15 et 40 ans, pas franchement portés sur les bluettes.

Les bronies, donc, comme d’autres avant eux, ont découvert par ce biais les vertus du positivisme et de la légèreté. Un peu de douceur dans un monde de brutes.

Je laisserai le mot de la fin à C.S. Lewis, auteur des Chroniques de Narnia :

« When I was ten, I read fairy tales in secret and would have been 
ashamed if I had been found doing so. Now that I am fifty, I read them 
openly. When I became a man I put away childish things, including the 
fear of childishness and the desire to be very grown up. »