Sting et Paul Simon au Zénith : le business des packs VIP (suite)

Je me demandais pourquoi je n’avais pas pris de billet pour voir Sting au Zénith de Paris les 3 et 4 avril, étant donné que c’est un artiste que j’admire et dont j’aime beaucoup la musique. Je l’ai déjà vu 3 fois en concert (… au moins? Peut-être 4). En me renseignant sur les concerts sur le web, deux raisons me (re)viennent :
1) c’est sa tournée avec Paul Simon. Je n’ai rien contre Paul Simon, d’autant que c’est un ex-mari de Carrie Fisher (la Princesse Leia). Et puis the Sound of Silence avec Garfunkel, quand même, voilà (à éviter les jours de pluie). Mais je ne connais déjà pas les titres qu’ils mentionnent dans la description du concert, alors j’ai peur de m’ennuyer s’ils font moitié de titres de son répertoire.
2) les prix :
216 Eur pour un parterre, 106 Eur pour un gradin catégorie 2? Faut pas déconner, j’ai payé moins que ça pour voir Sting avec le Royal Philharmonic Concert Orchestra (oui, celui de Londres).

Sting au Zénith 1

320 Eur pour avoir en prime un pass platifié souvenir qui ne donne accès à rien et un cadeau surprise exclusif (putain il est cher le merchandising cette année…) – ah mais soit-disant les « hot ticket » c’est les meilleures places parmi les catégories.

Sting au Zénith

560 Euros pour le Privilege / VIP Party Package que t’as même pas le droit de rencontrer les deux vioques si tu le prends. Juste un « cocktail » d’avant concert.
590 Euros pour le Prestige / Ultimate Front Row Package qui te donne l’insigne honneur d’être assis au premier rang épicétou.

sting_2015_4

Ca fait cher de la coupe de mousseux et du petit four Picard, hein. Au moins pour la moitié de ce prix-là, avec les minots de Tokio Hotel, t’as le droit de leur serrer la louche et d’avoir une photo avec eux! (et ils sont deux fois plus nombreux et deux fois plus jeunes)