Ne-Yo donne des billets à deux cent fans pour une projection de Red Tails

Le chanteur de R&B Ne-Yo a invité 200 de ses fans à assister à une projection à New York du film Red Tails, dont il joue l’un des rôles principaux, l’un des pilotes de chasse de la première unité noire de pilotes de l’armée américaine. Vendredi 20 janvier – jour de la sortie du film sur les écrans américains -, il a posté sur son twitter :

« Salutations fam! RedTails is in theaters 2day (sic)! Come watch it w/ (with) me! NYC 1st 200ppl (people) for the 7:20pm show of Red Tails AMC42nd st. Tix (tickets) on me! »

(j’aime l’explication de texte ajoutée par l’article d’origine, alors que Ne-Yo a utilisé toutes sortes d’abréviations histoire de caser son message en 140 caractères)

« Salut la famille! Red Tails sort en salle aujourd’hui! Venez le voir avec moi! Les 200 premiers New Yorkers à la séance de 7:20pm de Red Tails à l’AMC 42e rue. Les tickets sont pour moi! »

Bonne façon de lancer le bouche à oreille et un buzz favorable.

Le film n’a pas encore de date de sortie prévue en France.

(oui, je sais, j’avais promis de ne pas faire que des posts sur Star Wars. C’est le cas : c’est un post sur le nouveau film produit par George Lucas, ça n’a rien à voir!)

George Lucas veut se retirer du cinéma à grand spectacle

Dans un long article du New York Times, George Lucas présente le nouveau film qu’il a conçu et produit, Red Tails, l’histoire d’un groupe de jeunes pilotes de chasse noirs durant la Seconde Guerre Mondiale. Il en a confié la réalisation à Anthony Hemingway, mais quand il s’agit de raconter comment les cols blancs des studios ont snobbé les projections tests, il est évident qu’il prend le film autant à coeur que s’il l’avait filmé, au même titre que Star Wars.

Au fil de l’interview, il explique qu’après ce film à grand spectacle, il compte se retirer de ce domaine (avec peut-être une exception pour un dernier opus d’Indiana Jones… Quoi, il y a eu un 4e? Désolée, je dois souffrir d’amnésie traumatique). En partie parce qu’il a fait le tour de ce qu’il voulait raconter dans ce domaine, et en partie à cause des critiques des fans sur ses dernières productions.

When fanboys wailed, Lucas did not just hear the scream of young Jedis; he heard something like the voice of the studio. The dumb, uncomprehending voice in his Socratic dialogues — a voice telling him how to make a blockbuster. “On the Internet, all those same guys that are complaining I made a change are completely changing the movie,” Lucas says, referring to fans who, like the dreaded studios, have done their own forcible re-edits. “I’m saying: ‘Fine. But my movie, with my name on it, that says I did it, needs to be the way I want it.’ ”

Lucas seized control of his movies from the studios only to discover that the fanboys could still give him script notes. “Why would I make any more,” Lucas says of the “Star Wars” movies, “when everybody yells at you all the time and says what a terrible person you are?”

« Pourquoi en ferais-je d’autres [films de la Guerre des Etoiles], quand tout le monde vous crie dessus tout le temps et vous dit quelle personne horrible vous êtes? »

Avec tout le respect que je vous dois, George, en tant que fan de la trilogie d’origine de Star Wars, qui a eu la chance de la voir en partie au cinéma à l’époque, je ne peux pas dire que je me plaindrai d’apprendre que vous n’en ferez plus d’autre.

Ceci étant dit, je garderai sans doute un oeil sur votre travail indépendant des deux franchises cultes que sont Star Wars et Indiana Jones, comme ce Red Tails.