Célibataires, célébrez la Saint Valentin

Car oui, il y a de nombreuses raisons et façons de célébrer le 14 février, même si vous n’avez pas trouvé quelqu’un pour co-payer cet emprunt immobilier sur 20 ans l’âme soeur.

1) Vous n’avez pas à vous casser la tête pour éviter un drame

Fêter ou ne pas fêter la Saint-Valentin? Le dilemme pour les couples. Alors que vous, vous évitez la dispute quand l’un voudrait la fêter et l’autre pas. Et aussi les épineuses réflexions à la lumière d’une boule de cristal : quand l’autre a dit « Nan mais de toute façon c’est une fête commerciale, on n’a pas besoin de ça », est-ce que c’était un vrai rejet du concept, auquel cas tenter un petit cadeau vous vaudra une scène, ou est-ce que bon, quand même, un petit bouquet, une boîte de bons chocolats, ou une quelconque petite attention lui feraient plaisir quand même?

anim_headache_lotr_elrond.gif

2) Vous n’êtes pas soumis aux diktats du marché

Pas besoin de payer un bras pour un dîner à thème imposé moins bon et plus cher que la carte habituelle le soir du 14 février, ni d’acheter au prix fort des chocolats emballés dans des coeurs rouges. On dit merci qui?

3) Vous pourrez acheter les dits chocolats en solde dès le 15 février.

Qui dit fête commerciale, dit afflux de Valentineries dans les magasins, en particulier de chocolats, qui se retrouvent avec un stock énorme à brader après le jour dit. De quoi en profiter en toute tranquillité. Pas forcément seul, vu que…

chocolate friends dickens

4) Importons le concept américain

Aux Etats-Unis, Valentine’s Day n’est pas réservé à l’amour romantique : on peut offrir cartes et petits cadeaux à tous les gens qu’on aime, de toutes les sortes d’amour : amis, famille, etc. Alors si le coeur vous en dit et si la vue des coeurs rouges et des couples obligés de sortir ce soir-là ne vous pèse pas, profitez de ce jour pour faire une sortie entre célibataires, ou bien passez un coup de fil à vos proches… (évitez de citer la Saint-Valentin, sauf en leur expliquant l’idée ci-dessus, de peur qu’ils ne se fassent une mauvaise idée de vos intentions…).

Personnellement, je suis d’avis que toute occasion, même créée à des fins mercantiles, est bonne à prendre si ça permet de se faire plaisir. Sans obligation, mais c’est pratique pour caler une date.

anim_cat dog cuddle.gif

5) N’importons pas le concept japonais

Au Japon, la tradition occidentale a été un peu modifiée. Seules les femmes offrent des cadeaux, ce ne sont que des chocolats (pas de cartes), et il y a deux sortes de destinataires : l’élu de son coeur, à qui on offre des « honmei-choco » (chocolats des sentiments vrais). Et les femmes qui travaillent peuvent être incitées à donner des « giri-choco » (chocolats d’obligation) à tous leurs collègues, chefs etc. Heureusement, ce n’est pas le cas partout (d’après un petit sondage de cet article, environ une femme sur quatre le fait), et certaines firmes l’interdisent même pour éviter que les femmes n’y dépensent trop d’argent et de temps (à déterminer quelle quantité offrir à qui).

captaintsubasa_dreamteam_saintvalentin

Et là, moi je dis NON. On connaît déjà tous le collègue pique-assiette qui dit bonjour que s’il y a quelque chose à manger sur ton bureau, et j’ai déjà dit à quel point la « bise obligatoire » me soûle. Alors le chocolat de bureau obligatoire, hein…

De façon amusante, au Japon, les hommes qui ont reçu des chocolats le 14 février ont l’obligation de répondre en faisant un cadeau un mois après, le White Day (14 mars)… à l’instigation des fabricants de chocolats qui ont ainsi trouvé un bon moyen de doubler leur mise.

Il paraît que les collégiennes pratiquent aussi le « tomo-choco » (chocolats pour les amis), voir le « jibun-choco » (chocolats pour soi-même. Eh oui on finit tous par avoir l’idée de se faire plaisir!).

Publicités

Mode : en attendant la Saint Valentin

Esprit, je t’ai déjà dit ce que je pensais de toi, et ma foi, depuis, comme tu l’avais annoncé, tu sembles effectivement redresser un peu la barre dans l’esprit (justement). Foin des slogans pour pétasse bêtasse « Too pretty to work », on essaie de se détacher de la concurrence qui occupe déjà le créneau « Be stupid ».

Nonobstant, et bien que je soutienne à 100% l’idée de briser ce cliché qu’il faut absolument être la moitié d’un couple pour exister, en particulier à l’approche de la Saint Valentin, quand j’ai vu ce T-shirt :

esprit-date-myself

Je n’ai pas pu m’empêcher de compléter la phrase mentalement. Puis avec mes petits doigts dans pas-Photoshop. Pour ajouter deux lignes.

esprit-date-myself-with-carbon-14

C’était trop tentant.

Parce que les vêtements à message, c’est bien, mais à lectures multiples, c’est encore mieux.

14 février : Chanson d’amûuuur

(enfin ce serait une chanson si je savais composer et jouer de la musique. Je me contente d’écrire des paroles, comme celles-ci)

Chanson d’amûuuur

Je voulais simplement quelqu’un…

Pour réchauffer mon lit
Et occuper mes nuits,
Un solide alibi
Pour fuir les faux amis.
Ne pas draguer en boîte
Des abrutis bien graves
Croyant faire de l’épate
Finissant en épaves.

Pour que ma mère arrête
De me farcir la tête
Avec ses allusions
Et ses foutues questions
Pour rassurer mon père
Qui me croit asociale
Lesbienne ou solitaire
Qui sait, même anormale

Pour porter mon Evian
Quand je reviens d’Auchan,
Pour réparer les fuites
Et remplacer les vitres,
Partager le loyer,
L’abonnement à Canal,
Répartir les corvées,
Rien que de très banal.

Quelqu’un dont me vanter
A mes mauvaises copines
Quelqu’un à dénigrer
Avec mes bonnes copines
Quelqu’un pour assurer
Patrons et associés
De ma moralité
Et ma stabilité

Comme en plus je le voulais
Beau et intelligent
Pour ne pas m’ennuyer
Quand on aurait du temps…

J’ai acheté un manuel
De bricolage sans peine
Un chien pour l’affection
Un giton pour l’action
Et puis j’ai fait une croix
Sur ces vœux à la noix.

Bonus : deux façons de fêter la Saint Valentin, par Ettpunktnoll, source sous l’image :

Des amateurs de zombies veulent sauver le cimetière d’Evans City

Demain 11 février, des passionnés organisent une « soirée de Saint Valentin zombie » à la Oakmont Tavern, 814 Allegheny River Boulevard à Oakmont, en Pennsylvanie. Les bénéfices iront à l’association Fix The Chapel, créée pour financer la rénovation et la sauvegarde de la chapelle du cimetière d’Evans City.

Celle-ci est le dernier bâtiment important encore existant de la Nuit des Morts Vivants, le classique de l’horreur de George Romero. L’association de sauvegarde a été fondée par Gary R. Streiner, qui a travaillé sur la production du film en 1967, et organisé des Festivals des Morts-Vivants à Evans City en 2008 et 2009.

Il explique « Le film a été un grand tournant culturel dans la façon dont les gens perçoivent l’horreur. Les fans respectent cela, et ils se manifestent pour le montrer. »

Et il n’y a pas de meilleurs fans que les fans d’horreur – en particulier ceux qui aiment « La nuit des Morts Vivants », d’après Streiner. Il dit aimer les fans d’horreur parce qu’ils voient l’humour dans ce qu’ils aiment. Ils se déguisent pour les événements autour des films, et ils se battent avec enthousiasme pour sauver les reliques du film comme la chapelle.

Samedi dernier, ils ont déjà organisé au cinéma de Dormont (la ville voisine), le Hollywood Theater, une séance du film accompagnée d’une vente aux enchères de divers objets en rapport avec le film (souvenirs, produits dérivés).