Mode : en attendant la Saint Valentin

Esprit, je t’ai déjà dit ce que je pensais de toi, et ma foi, depuis, comme tu l’avais annoncé, tu sembles effectivement redresser un peu la barre dans l’esprit (justement). Foin des slogans pour pétasse bêtasse « Too pretty to work », on essaie de se détacher de la concurrence qui occupe déjà le créneau « Be stupid ».

Nonobstant, et bien que je soutienne à 100% l’idée de briser ce cliché qu’il faut absolument être la moitié d’un couple pour exister, en particulier à l’approche de la Saint Valentin, quand j’ai vu ce T-shirt :

esprit-date-myself

Je n’ai pas pu m’empêcher de compléter la phrase mentalement. Puis avec mes petits doigts dans pas-Photoshop. Pour ajouter deux lignes.

esprit-date-myself-with-carbon-14

C’était trop tentant.

Parce que les vêtements à message, c’est bien, mais à lectures multiples, c’est encore mieux.

Publicités

14 février : Chanson d’amûuuur

(enfin ce serait une chanson si je savais composer et jouer de la musique. Je me contente d’écrire des paroles, comme celles-ci)

Chanson d’amûuuur

Je voulais simplement quelqu’un…

Pour réchauffer mon lit
Et occuper mes nuits,
Un solide alibi
Pour fuir les faux amis.
Ne pas draguer en boîte
Des abrutis bien graves
Croyant faire de l’épate
Finissant en épaves.

Pour que ma mère arrête
De me farcir la tête
Avec ses allusions
Et ses foutues questions
Pour rassurer mon père
Qui me croit asociale
Lesbienne ou solitaire
Qui sait, même anormale

Pour porter mon Evian
Quand je reviens d’Auchan,
Pour réparer les fuites
Et remplacer les vitres,
Partager le loyer,
L’abonnement à Canal,
Répartir les corvées,
Rien que de très banal.

Quelqu’un dont me vanter
A mes mauvaises copines
Quelqu’un à dénigrer
Avec mes bonnes copines
Quelqu’un pour assurer
Patrons et associés
De ma moralité
Et ma stabilité

Comme en plus je le voulais
Beau et intelligent
Pour ne pas m’ennuyer
Quand on aurait du temps…

J’ai acheté un manuel
De bricolage sans peine
Un chien pour l’affection
Un giton pour l’action
Et puis j’ai fait une croix
Sur ces vœux à la noix.

Bonus : deux façons de fêter la Saint Valentin, par Ettpunktnoll, source sous l’image :

Des amateurs de zombies veulent sauver le cimetière d’Evans City

Demain 11 février, des passionnés organisent une « soirée de Saint Valentin zombie » à la Oakmont Tavern, 814 Allegheny River Boulevard à Oakmont, en Pennsylvanie. Les bénéfices iront à l’association Fix The Chapel, créée pour financer la rénovation et la sauvegarde de la chapelle du cimetière d’Evans City.

Celle-ci est le dernier bâtiment important encore existant de la Nuit des Morts Vivants, le classique de l’horreur de George Romero. L’association de sauvegarde a été fondée par Gary R. Streiner, qui a travaillé sur la production du film en 1967, et organisé des Festivals des Morts-Vivants à Evans City en 2008 et 2009.

Il explique « Le film a été un grand tournant culturel dans la façon dont les gens perçoivent l’horreur. Les fans respectent cela, et ils se manifestent pour le montrer. »

Et il n’y a pas de meilleurs fans que les fans d’horreur – en particulier ceux qui aiment « La nuit des Morts Vivants », d’après Streiner. Il dit aimer les fans d’horreur parce qu’ils voient l’humour dans ce qu’ils aiment. Ils se déguisent pour les événements autour des films, et ils se battent avec enthousiasme pour sauver les reliques du film comme la chapelle.

Samedi dernier, ils ont déjà organisé au cinéma de Dormont (la ville voisine), le Hollywood Theater, une séance du film accompagnée d’une vente aux enchères de divers objets en rapport avec le film (souvenirs, produits dérivés).