Star Wars 8 : Les Derniers Jedi: ce que certains fans n’ont pas aimé

Après avoir vu le film, j’ai lu quelques articles (dont celui de Lady Butterfly, qui m’a donné l’envie de détailler plus certains points de vue) et découvert que certains fans ont détesté (et qui expliquent qu’ils trouvent que cet épisode est le pire de la série. Ils n’ont pas dû revoir les épisodes 1, 2 et 3 depuis longtemps…

Attention, spoilers détaillés derrière le lien :

anim_luke-father-spoiler-gif

Lire la suite

Publicités

Cinéma : Star Wars 8 : les derniers Jedi

J’ai attendu un certain temps avant d’aller voir ce 8e opus (sans compter Rogue One) de la trilogie Star Wars. Enfin, la trilogie de trilogies. Plus un. Pour l’instant. Et m…

Bon, c’est une des raisons pour lesquelles je ne me suis pas précipitée en salle dès la sortie, en plus des préparatifs des fêtes et d’un emploi du temps chargé : les précédents opus et toute la surexploitation médiatique associée ont quelque peu érodé ma foi en Star Wars. Oui ok, quand je suis assise à regarder défiler les cieux étoilés au son de l’orchestre symphonique de John Williams, j’ai toujours l’impression de rentrer chez moi (et la larme qui monte à l’oeil).

Sauf que ces derniers temps, quand je rentrais « chez moi », j’avais du mal à reconnaître les lieux : ils avaient changé la déco en capharnaüm kitsch, c’était plein de dialogues niais, d’incohérences grosses comme Jabba le Hut (en images de synthèse en plus, bouiiiin!), et de personnages au mieux difficiles à aimer, et généralement insipides ou irritants (s’il n’y avait que Jar Jar Binks, mais même Anakin et les Jedis devenaient pénibles!). Et la Guerre des Clones, on l’a finalement vue dans la sequel Le Réveil de la Force, qui était un copier-coller d’Un Nouvel Espoir en moins bien, à mon avis.

Alors j’ai un peu traîné les pieds pour y aller. Comme pour le précédent, j’ai attendu mes congés de Noël. Par hasard, c’était le 27 décembre. 1er anniversaire de la disparation de Carrie Fisher, « our princess », Leia. Le matin même, avant d’aller voir le film, je lis ce tweet de Mark Hamill :

2017-12-27_Mark Hamill_twitter_Carrie

Alors bon, déjà, j’aborde le film avec un sentiment particulier, celui que ce sera le dernier que je verrai de Carrie Fisher, et un espoir qu’il soit à la hauteur, parce que sinon ce serait encore plus triste.

Spoiler : il l’est. En tout cas, à mes yeux.

L’attaque des spoilers

Elle commence ici. Parce que c’est un peu difficile de parler d’un film sans rien divulguer, vous en conviendrez. Comme la dernière fois, j’ai réussi à éviter tout spoiler avant de voir le film. Joie.

anim_luke-father-spoiler-gif

Alors par où commencer?

D’abord, punaise que ça fait du bien de retrouver la connivence des vieux personnages! Ils ont réussi à ne pas me gâcher Luke Skywalker. Non parce que je suis sentimentalement attachée à ce personnage, moi. Mais à défaut d’être éternellement jeune et beau, il vieillit avec auto-dérision et une certaine grâce. Ce qui est déjà pas mal (on peut en dire autant de l’acteur). La Générale Leia Organa est top et a plusieurs belles scènes. Et comme c’est étrange, mais les pointes d’humour, quand elles viennent d’eux, paraissent tellement plus naturelles. Déjà parce qu’ils ont l’âge de se permettre d’être cynique et de se moquer des petits jeunes. Et puis ils avaient déjà ce petit côté « oui d’accord on mène un combat désespéré contre des forces supérieures en nombre, mais si en plus on doit faire la gueule, autant se flinguer tout de suite ». Et d’arriver à se balader avec désinvolture dans l’univers à l’époque totalement nouveau de George Lucas comme s’ils y avaient vraiment baroudé. Du coup, avec eux, j’ai vraiment l’impression d’être de retour à la maison.

rey chewbacca

Rian Johnson a certes parsemé son film de clins d’oeil et de références aux précédents opus (et aussi à d’autres : le 5e Elément et Jurassic Park dans les scènes du casino, par exemple. Les Porgs font autant pensé à Plif le Hoojib qu’aux Tribbles de Star Trek qui s’installent partout, mais ils restent discrets). Mais il a une écriture plus organique (comme il le décrit lui-même : il faut que ça coule de source) que ses prédécesseurs, donc ça passe mieux. Il raconte une histoire, qui est un tissage d’histoires, dont certaines sont un peu délaissées faute de temps, mais qui arrivent en peu de temps à donner un peu de substance aux nouveaux personnages. Même si seuls les fans auront remarqué celui consistant à donner à Billie Lourd, la fille de Carrie Fisher, un rôle dans la Résistance avec même une coiffure inspirée de celle de Leia dans le premier film.

carrie-billie-starwars

Bon, je prédis à Rose d’être la nouvelle mascotte des fans geeks (surtout des filles et surtout de celles qui n’ont pas la plastique de Daisy Ridley), elle a le rôle parfait pour ça. Les autres ont enfin un peu plus de temps d’écran pour se développer. Rey m’agace toujours, surtout parce qu’avoir été élevée sur Jakku n’est pas une raison pour être malpolie : quand on démolit les murs d’une maison, on s’excuse! Sinon c’est la porte ouverte au côté obscur, hein. Le côté « gamin mal embouché » de la plupart des jeunes personnages m’agace (Rey, mais aussi Kylo Ren, Hux alias « le méchant de la famille Weasley »…). Je ne suis pas sûre que ce soit l’âge (le mien).

star-wars-les-derniers-jedi_rose finn

Les images sont splendides. C’était finalement assez rarement le cas dans les précédents épisodes. Certes, il y a eu des plans emblématiques, celui d’ouverture sur le défilement du croiseur, les étendues glacées de Hoth, les déserts, etc… mais là, le dernier tiers en particulier est un festival de visuels à couper le souffle. Les scènes sur la planète où Luke s’est réfugié sont belles aussi, même si je me demandais ce qu’il faisait sur Caladan. Hein? Pas la bonne planète? Ah bon.

star-wars-8-star-wars-les-derniers-jedi-trailer

Et puis l’esprit. Certes, cet épisode central de trilogie est, comme dans la première, le plus sombre : la Nouvelle République a été balayée, la Résistance est réduite à sa portion congrue, qui elle-même se voit mise à mal durant le film… On est à deux doigts de Rogue One (j’y reviendrai, je l’ai enfin vu durant mon vol de retour d’Osaka) dans le registre « Tu te tires une balle tout de suite ou tu attends la fin du film? ». Sauf que là, au moins, l’esprit de la Résistance survit dans l’idéalisme de Rose (même si son action d’éclat est très bête, on peut apprécier l’idée), dans les actions de Luke, et on en voit le résultat dans les images finales. Un nouvel espoir. On y revient. Tout comme l’esprit de la trilogie originelle est présent tout au long de ce film, ce qui n’était pas forcément le cas dans la « trilogie Anakin » ni dans les films qui ont suivi.

starwars-Luke

Finalement, c’est à moi que ce film a donné un nouvel espoir : celui que la franchise a encore de belles choses à nous donner, à condition d’être confiée à des gens qui ont du talent en plus d’aimer l’univers d’origine (même si ça va être dur sans Han, sans Leia…).

Le fan-service du jour : Mark Hamill dans le Star Tours

Des fois, être fan, c’est décevant, parce que les stars ne sont que des êtres humains.

Et puis des fois, être fan, c’est du bonheur, parce que les êtres humains même célèbres peuvent faire des trucs sympas. (Même si parfois en service commandé. Et puis il y a la manière)

C’est le cas de Mark Hamill (si vous ne savez pas qui c’est => dehors), qui a fait hier une petite surprise aux passagers du Star Tours de Disneyland en Californie, à Anaheim (en banlieue de L.A.). Vidéo ici par un membre du personnel Disney :

https://platform.twitter.com/widgets.js 

J’adore les geeks en hyperventilation XD

J’en profite pour vous recommander le compte Twitter de Mark, @HamillHimself  , qui a un sens de l’humour fort divertissant. Et en plus il aime les chiens. Pour le nom du compte, il a pris celui-ci parce que le nom MarkHamill était déjà pris par un fan…

anim_luke-father-spoiler-gif

Nostalgeek : fan de Star Wars, certes, mais lequel? (2)

(première partie ici)

J’ai aussi lu quelques uns des romans de l’Univers Étendu, pas beaucoup, mais ceux qu’il fallait, si je puis dire: essentiellement la trilogie Thrawn, écrits par Timothy Zahn (récemment rééditée en un volume, et qui avaient fait l’objet d’une belle adaptation en BD dessinée par le français Olivier Vatinen, dessinateur d’Aquablue). Ces romans ont été, durant presque 20 ans, la suite officielle des films. Jusqu’à ce que Lucas vende son oeuvre et son âme à Disney. Elle met en scène nos héros peu après la chute de l’Empire, dans les années frustrantes où les combattants de la liberté essaient de mettre en place une Nouvelle République en lieu et place de la dictature.

thrawn_integrale

L’empire étant vaste, il reste des poches de résistance contre la Nouvelle République, des armadas entières même, et la plus dangereuse est commandée par le Grand Amiral Thrawn. Un méchant éminemment réussi, autrement plus original et intéressant que le Voldemort du pauvre du Réveil de la Force. Un Amiral intelligent, qui par exemple, étudie la culture des peuples pour les vaincre. Un Machiavel à la peau bleue. Un équivalent galactique du Patricien d’Ankh-Morpork, le tyran du Disque-Monde inventé par Terry Pratchett. Franchement, il avait autrement plus de panache et exsudait une menace bien plus glaçante que Kylo « Biactol » Ren ou que son maître.

Il est à noter que cette série de romans amenait également à Luke une compagne à sa hauteur, en la personne de Mara Jade, dite la Main de l’Empereur. Une jeune femme formée à l’usage du Côté Obscur de la Force, qui exécutait des tâches (et des gens) pour le compte de l’Empereur de façon secrète. Jusqu’à ce que Luke Skywalker retourne Dath Vader contre l’Empereur et qu’elle perde ainsi son mentor. Elle s’était reconvertie dans la contrebande, où ses talents de combattante étaient bien utiles. Après des débuts houleux, elle et Luke ont formé un couple solide.

Mara Jade_MJ-BTEH2

Mara Jade par Carlos Ezquerra

L’annonce que la nouvelle suite officielle ne suivrait pas les livres a entraîné une vague de protestations, notamment parce qu’elle renvoyait au néant Mara Jade, devenu un personnage fétiche pour beaucoup, aussi importante que ceux des films (pour vous dire : même moi je l’aimais bien, malgré mon gros béguin pour Luke à l’époque où j’ai lu la trilogie – il y a prescription, j’étais jeune).

C’est peut-être pour ça que je trouve Rey un peu fade.

Heureusement, malgré la sortie du nouvel opus filmé, la trilogie Thrawn est récemment ressortie en un seul gros volume chez Pocket dans la collection « Star Wars – Légendes – L’intégrale ».
L’intégrale, Tomes 7-9 : La croisade noire du Jedi fou

Le comics dont est tiré le dessin ci-dessus est également paru en français aux éditions Delcourt, dans la collection Légendes : le côté obscur (tome 6).

Une bonne occasion pour vous de découvrir des personnages devenus quasiment aussi importants, pour les fans de l’univers étendu, que ceux de trilogie d’origine.

Pour en savoir plus sur l’Univers Etendu des romans, dont je ne sais finalement pas grand-chose d’autre, je vous renvoie au dossier très complet que mon confrère Lost in Chapter 13 lui a consacré :

L’Univers Etendu de Star Wars, 1e partie 

L’Univers Etendu de Star Wars, 2e partie

Nostalgeek : fan de Star Wars, certes, mais lequel? (1)

On peut dire que je suis fan de Star Wars. Enfin, moi, je le dis volontiers. La définition de fan étant hautement volatile, cela dit, je ne suis pas sûre que tout le monde serait d’accord.

A y réfléchir, comme je l’ai fait lors de la sortie des précédents films de la Guerre des Étoiles (la deuxième trilogie), pourquoi suis-je si attachée à cet univers? Certes, j’ai adoré le Retour du Jedi, le premier que j’ai vu au cinéma, à l’époque de sa sortie. J’avais même l’album Panini (je l’ai toujours, en fait). Ensuite, j’ai vu la première trilogie plusieurs fois, au gré surtout de ses passages à la télé et de mes VHS enregistrées à ces occasions. Mais je ne suis pas vraiment portée à visionner un film de moi-même tous les deux mois.

star wars panini

Maisooooon! Bon, il a un peu vécu…

J’ai deux trois babioles de merchandising, rien de cher ni d’encombrant. J’ai jeté il n’y a pas si longtemps deux jouets de l’époque, un A-wing et un X-Wing auquel manquaient les canons. Que je gardais par pur atavisme de hamster qui ne jette rien, et fidélité dérisoire envers un fandom qui ne m’occupait pourtant pas tant que ça. Et en me disant que ça serait peut-être « collectible » un jour, mais pour ça, il aurait fallu ne jamais y avoir joué, ne pas avoir perdu les stickers et les parties amovibles. J’ai aussi un beau livre de l’art officiel de l’Attaque des Clones, cadeau de pot de départ de mes collègues d’une année – gentille attention personnalisée (et pourtant, j’essaie de ne pas trop étaler ma geekitude au bureau car elle m’a joué des tours, mais… des fois, ça se voit quand même).

En fait, une bonne partie de mon attachement est imputable aux comics que j’ai commencé à lire à peu près à la même époque. Lug, la maison d’édition lyonnaise qui publiait en France les titres phares de Marvel, publiait également leur série sur Star Wars, dans le mensuel Titans. C’était une série officielle, tamponnée du sceau de Lucasfilm, même si depuis Lucasfilm l’a désavouée et exclue du canon, comme tout le reste de « l’univers étendu ».

boite comics

Curieusement, j’ai vérifié : mon premier numéro de Titans date de quelques mois avant la sortie en France du Retour du Jedi. Je ne me souviens pas si je connaissais les films avant. La science-fiction, ce n’était pas très à la mode en ce temps-là, et on n’en voyait guère à la télévision à part dans l’émission des frères Bogdanov. J’aimais ça, mais je trouvais essentiellement mes « doses » à la bibliothèque, ou dans les séries télés et dessins animés qui s’y rattachaient (Goldorak, Albator, San Ku Kai, Cosmos 1999, la Twilight Zone…).

Mais je sais que le fait d’avoir une dose mensuelle de Star Wars a forcément contribué à ce que je m’attache à cet univers et à ces personnages. Les films n’avaient eu que 3 fois deux heures pour les développer. Ce n’est pas beaucoup pour un univers entier. Les comics leur donnaient plus de temps pour évoluer, interagir, étoffer le long travail de la Rébellion pour trouver des alliés ou lutter contre les plans de l’Empire. Même si leur amitié était déjà tangible dans les films, elle est renforcée dans leurs aventures racontées en comics.

 

Il y a de grandes ellipses temporelles dans les films, dont on n’est pas forcément conscient faute de panneaux indiquant l’année ou la durée écoulée. Après la bataille de Hoth et avec leur hyper-propulsion en panne, Han Solo et Leia mettent un certain temps à rejoindre la Cité des Nuages de Lando Calrissian sur Bespine. Temps durant lequel Luke suit l’entraînement de maître Yoda. Entre la fin de l’Empire Contre-Attaque et le début du Retour du Jedi, on ne sait pas combien de temps Leia et ses amis ont cherché Solo. D’après la chronologie officielle, il s’est passé 4 ans entre la destruction de la première Etoile Noire et la fin du Retour du Jedi. Dans le comics, il y a eu trois ans d’épisodes mensuels. Certes, pas en temps réel, mais on voit bien que le Luke du début du Retour du Jedi est plus posé et plus avancé dans sa formation que le jeune homme encore impulsif du deuxième opus (outre le fait que les acteurs ont tous vieilli de 3 ans). Trois ans durant lesquels Luke, Leia, Chewbacca et Lando se relaient pour suivre différentes pistes, quand la lutte contre l’Empire leur en laisse le loisir.

LumiyaAndDenSiva

Lumiya, un Nagai et un rebelle. Source : Star Wars Wikia http://starwars.wikia.com/

Les comics aussi ont créé leur comptant de personnages attachants ou passionnants. Parmi eux, une petite amie pour Luke, Shira Brie, une pilote rebelle sympathique… Jusqu’à ce que Luke la descende par erreur, au cours d’un combat spatial opposant des rebelles dans des chasseurs impériaux volés à des vrais. Jugé, Luke cherchera à comprendre pourquoi la Force l’avait incité à tirer, et découvrira qu’elle était une espionne de l’Empire chargée de l’abattre ou de le discréditer. Sauvée de justesse par l’Empire, Shira reviendra bien plus tard dans la série, après le Retour du Jedi, sous les traits de Lumiya, cyborg haineuse reprochant à Luke la perte de son humanité. Car pour la sauver, Darth Vader l’a transformée à son image, et son corps est à moitié robotique.

Dani8

Source : Star Wars Wikia http://starwars.wikia.com/wiki/Dani

Il faut croire que les Skywalker et vauriens s’attirent, car une autre jeune femme tourne régulièrement autour de Luke : Dani, membre d’un groupe de trois contrebandiers plus ou moins amis et rivaux de Han Solo, avec l’humain Rik Duel et un cousin de Greedo. Dani est une Zeltronne, et ces humanoïdes à la peau rouge ou rosée sont des hédonistes, empathiques, qui de surcroît peuvent dégager des phéromones pour augmenter leur pouvoir de séduction. Leia elle-même eu quelques démêlés amusants avec des Zeltrons mâles, car il semble que quelque chose chez les Skywalker les attire particulièrement. Néanmoins, c’est vers Kiro, un jeune humanoïde amphibie à la peau jaune qui rejoint l’Alliance après que sa planète ait été attaquée par l’Empire, que Dani se tourne finalement. Leur liaison tournera malheureusement court quand Kiro sera porté disparu après une bataille – qui marqua aussi le dernier épisode de la série paru en France, hélas. (j’aimais bien Kiro, il était choupi dans son genre).

Donc quand les poinpoins de la musique de John Williams résonnent, ce ne sont pas seulement les images des 3x2h des films qui me reviennent en tête, mais aussi ces heures de lecture dans l’univers étendu du comics Marvel, avec tous ces personnages auxquels je m’étais attachée, y compris ceux qui n’existaient pas dans les films…

La semaine des fans : BD Rosinski, Star Wars Fan Film Awards 2016

Petit tour non exhaustif de mes trouvailles de la semaine sur  les fans et leur univers.

On commence avec une BD où Frédéric Peynet raconte son itinéraire de fan de Rosinski (le papa de Thorgal), s’y prenant à plusieurs reprises pour enfin avoir une dédicace, avant de devenir lui-même dessinateur de BD. C’est amusant, touchant, et encourageant (même si on n’a pas tous vocation à faire la même chose que les gens qu’on admire. Je n’ai aucune envie d’aller pousser la chansonnette sur scène, c’est pas pour moi…).

starwars_fanfilm_s

Par ailleurs et dans un tout autre domaine, avis aux fans créatifs et vidéastes : le Star Wars Fan Film Awards 2016 est ouvert! Vous avez jusqu’au 24 avril minuit pour leur soumettre votre meilleur fan-film sur ce site web.

Je ne crois pas que la vidéo ci-dessous, reprise de Let it Go de la Reine des Neiges par Anakin Skywalker, aurait le droit de participer, mais elle est amusante quand même :

Par ailleurs, si vous êtes 1) fan de Star Wars 2) fan de Disneyland et donc 3) fan du Star Tours, l’attraction de Disneyland Paris qui vous permet d’embarquer dans une navette de tourisme qui se retrouve embarquée par la faute d’un droïde de navigation maladroit en pleine bataille spatiale, dépêchez-vous donc d’aller au parc avant le 16 mars. En effet, à cette date, l’attraction va fermer ses portes et ne rouvrira pas avant 2017, mais sous la forme de Star Tours II, un nouvel opus entièrement différent. Donc pour les nostalgiques, il ne vous reste qu’une vingtaine de jours pour y aller! (moi-même, je suis tentée… Je ne suis jamais allée à Disneyland Paris sans me faire au moins un petit Star Tours. Rien que pour la file d’attente, déjà, qui recrée tout l’univers des films).

Allez, on s’en refait un petit tour?!

Cinéma : Star Wars : le Réveil de la Force

J’ai attendu un mois pour en parler, afin de pouvoir me lâcher sur les spoilers.

Donc ALERTE, SPOILERS CI-DESSOUS.

anim_luke-father-spoiler-gif

Étant une fan de la Guerre des Étoiles, j’attendais ce nouvel opus. Étant une fan déçue par la trilogie de prequels, je ne l’attendais pas avec une impatience démesurée. Chat échaudé craint l’eau froide (chat craint l’eau, de toute façon, il est idiot ce proverbe). Je n’avais pas guetté les infos filtrant sur le making off.

En 1999, quand la Menace Fantôme était sortie, j’étais allée le voir à Londres, où il sortait le 14 juillet (!) alors que la France devait attendre le 13 octobre pour le voir. In English, à l’Odeon de Leicester Square. Parce qu’il était hors de question d’attendre alors que ça passait si près, et que je me fasse spoiler avant de le voir (oui, j’étais déjà pas mal active sur Internet à l’époque, et sur des sites anglophones).

anim_want button

Je ne regrette pas l’expédition, c’était mon deuxième voyage à Londres et j’en ai bien profité par ailleurs (un petit tour au British Museum, etc). Le film, lui, m’avait moins emballé que prévu. J’en garde surtout le souvenir que les considérations du blocus économique du début du film, in English in the text, c’était un peu ardu. Que les prix des billets de cinéma à Londres étaient prohibitifs. Et que les Anglais sont bruyants et font tomber du popcorn partout.

Ici, loin de réserver mon billet 2 mois à l’avance, et parce que je n’avais pas non plus envie de faire la queue des heures, j’ai attendu mes congés de Noël pour aller le voir en semaine, en journée, plusieurs jours après la sortie. La salle était bondée quand même. Et ce qui me motivait le plus à y aller, c’était de revoir la vieille équipe – Luke, Leia, Han, et même la carpette ambulante (mais je suis partiale aux acteurs qu’on voit. Les robots et les wookies, on pourrait mettre n’importe qui dedans, alors ce n’est pas pareil).

reunion

Lire la suite

Où fêter la sortie de Star Wars : Le Réveil de la Force?

Jusqu’au 15 janvier :
La galerie Sakura à Paris près de l’Hôtel de Ville, accueille L’Expo contre-attaque, une exposition consacrée, comme son nom l’indique, à la saga Star Wars.

Galerie Sakura
21, rue du Bourg Tibourg – 75004 Paris
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 20h, le dimanche de 14h à 19h

Mercredi 16 décembre :

A Disneyland Paris. Disneyland Paris organise une soirée de 20h à minuit, avec accès au parc autorisé à partir de 17h30 sur présentation du billet.

Venez célébrez la Force à Disneyland Paris lors d’une soirée exceptionnelle à l’occasion de la sortie événement d’un des films les plus attendus de tous les temps. La Soirée Star Wars, le 16 décembre au soir, est une des meilleures manières de replonger dans l’univers Stars Wars. Choisissez votre côté, clair ou obscur, en vous déguisant et rejoignez une soirée privée dans Discoveryland, avec des expériences Star Wars exclusives : des rencontres avec les Personnages Star Wars, une virée en StarSpeeder dans Star Tours, et de nombreuses autres surprises uniques. Vous recevrez également un badge et une lanière collector en souvenir de cette soirée exceptionnelle.
Accès à partir de 59 Eur.

A noter qu’exceptionnellement, les adultes seront autorisés à venir déguisés en personnages de Star Wars (d’ordinaire, seuls les enfants ont le droit de se déguiser en personnages de Disney dans le parc), pour mieux profiter de l’événement

Star Wars Disneyland Paris

le mercredi 16 décembre, et les samedi et dimanche 19 et 20 décembre 2015 :
Au Gaumont Disney Village, outre les projections du film, vous pourrez vous faire prendre en photo à côté du robot BB8.
Immergez-vous dans l’ambiance du nouvel opus de la Saga avec les personnages Star Wars présents pour participez à des guizz et gagner de nombreux lots grâce à ABYstyle et Hong Kong Style !
Finissez votre journée Star Wars à Disneyland Paris pour la grande soirée Star Wars !

bb8_gaumont

Le mercredi 16 décembre :
– ou plutôt, vu que la projection aura lieu à 0:45, le jeudi 17 décembre très tôt… Au Grand Rex, Le Réveil des Fans.
Une diffusion en VO en 3D du film, précédé d’un quizz. Un concours du meilleur déguisement/cosplay permettra de gagner des prix.

Jeudi 17 décembre :
L’apéro du lendemain du Réveil de la Force, à la crêperie Odyssey. Forcément le restaurant à thème Star Wars de la capitale ne pouvait pas rater l’événement. Ils proposer un afterwork, déguisement pas obligatoire mais autorisé.
Crêperie Odyssey
6 rue Dante, 75004 Paris

Samedi 19 décembre :

la Librairie La Dimension Fantastique dans le 10e arrondissement de Paris organise une journée Star Wars samedi, avec de 11h à 13h un atelier Papertoys pour les enfants. A 14h : dédicaces de BD autour de Star Wars avec entre autre Thierry Vivien, l’auteur du YODABLOG. A 18h : Grand Quiz Star Wars avec Nicolas Beaujouan. Plus un concours cosplay.

Librairie La Dimension Fantastique
106 Rue La Fayette
75010 Paris

Désolée, je n’ai trouvé que des événements en région parisienne… Néanmoins la communauté Le Réveil des Fans sur Facebook recense les initiatives locales en province.

 

Quand tu reçois un mail de Luke Skywalker…

C’est très étrange quand même d’ouvrir sa boîte mail et de voir un mail de Mark Hamill/Luke Skywalker.

omaze_mark hamill

Même s’il s’avère que c’est juste une invitation à participer au « tirage au sort contre donation à charités » spécial avant-première de Star Wars, sur Omaze. (dernières heures pour participer et avoir une chance d’assister à l’avant-première à Los Angeles ou à Londres, en présence d’une partie du cast!)

Je veux dire, à l’époque où j’habitais sur la Ceinture Extérieure, j’avais le béguin pour Luke. Je l’ai découvert dans Le Retour du Jedi, quand il commence à pencher du côté obscur, vu qu’évidemment dans le premier film il est bien trop candide et faisait pâle figure face à Han Solo.

Purée.

Le coup de vieux.

Pour moi comme pour lui.

Et donc, pour continuer à rassembler des fonds pour ces œuvres caritatives au nom de Star Wars, Mark Hamill a remis le costume d’un Stormtrooper pour aller saluer des gens sur Hollywood Boulevard. Il n’est pas un peu petit pour être un Stormtrooper?…

Exposition Star Wars aux Galeries Lafayette

Cette année, pour ses illuminations de Noël, les Galeries Lafayette ont misé sur les étoiles. Et même la Guerre des Étoiles.

Au menu : au premier étage du Lafayette Homme sur le Boulevard Haussmann, une exposition de costumes authentiques du film qui doit sortir en décembre, l’épisode 7 dirigé par J.J. Abrams. Au rez-de-chaussée du même bâtiment, les vitrines, au lieu de lutins, se sont décorés pour les fêtes de fin d’année d’un bataillon de Stormtroopers et de vidéos bandes-annonces. Les enfants ont l’air d’apprécier. Les parents aussi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous y allez, ne ratez pas, sur le côté (rue de Mogador), une deuxième vitrine avec un costume de Rey (l’héroïne de service vêtue de blanc) et le robot BB8. Et une dernière recrée le cockpit du Faucon Millénaire, avec le ciel étoilé qui se transforme en traînées de lumière au passage dans l’hyperespace. Mets la gomme Chewie!

Enfin, sur la passerelle reliant les deux bâtiments, Star Wars Legion, une exposition de customisations de casque de Stormtroopers par des artistes et artisans (dont Ladurée, bizarrement).
Plus de photos sur le site officiel des Galeries Lafayette.
Et d’autres sur leur page Facebook.