Exposition : Anders Zorn au Petit Palais

Initialement, je devais aller voir l’exposition du Petit Palais sur les Pastels, mais un post sur le compte Facebook officiel et les conseils du personnel au guichet qui expliquait que l’exposition dédiée à Anders Zorn se terminait bientôt (vous avez jusqu’au 17 décembre seulement) et était magnifique m’ont fait changer mon fusil d’épaule.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était une bonne chose : après Albert Besnard l’an dernier, ce peintre que je ne connaissais pas même de nom se voit remis à l’honneur par le Petit Palais par cette rétrospective. Elle rassemble, dans une belle scénographie de l’atelier Maciej Fiszer, des oeuvres essentiellement en provenance des musées suédois et en particulier du musée Zorn établi dans son ancienne maison dans le village de Mora, en Dalécarlie – une région qui de nos jours encore symbolise la Suède traditionnelle attachée à son folklore. Des estampes viennent, elle, de la Bibliothèque Nationale de France, qui en détient une belle collection grâce à des dons.

 

 

zorn_6_lumiere

Anders Zorn – étude de lumière

Cette paysanne en particulier m’a attiré l’oeil dans une aquarelle. La propre grand-mère du peintre, son visage ridé et la méticulosité des brins d’herbe et de blé fauchés m’ont bizarrement rappelé des souvenirs de jeunesse à la campagne – pas la campagne suédoise, certes, mais ce tableau respire l’authenticité, jusque dans les textures du manteau en peau.

zorn_4_mora_grandmere detail

Anders Zorn – la grand-mère du peintre aux champs – détail

Né en 1860 en Suède où il a étudié aux Beaux-Arts, Anders Zorn a ensuite été reconnu en dehors de son pays, notamment pour ses aquarelles si réalistes qu’on s’attend à pouvoir plonger la main dans ses représentations de plans d’eau. Il s’est même installé plusieurs années à Paris avec son épouse Emma Zorn, fréquentant le milieu artistique de l’époque, peignant des portraits de la belle société aussi bien que les rues de Paris et sa faune. On peut voir dans l’exposition des gravures de sa main de Verlaine, Rodin, etc… Il voyage aux Etats-Unis où les notables s’arrachent ses portraits, en Espagne, en Allemagne dont il peint le port de Hambourg à l’invitation du directeur du musée des Beaux-Arts de l’époque.

zorn_1

Impossible de comprendre comment il rend cet effet là…

Plus tard dans sa vie, il retourne vivre à plein temps à Mora, son village d’origine, où il finira ses jours. Il en dépeint la campagne et la vie simple, le travail dans les brasseries (son père était brasseur mais est mort quand il était jeune), les traditions, ce qui fait de lui de nos jours un représentant de cette Suède du début du vingtième siècle. Il multiplie également les nus champêtres. Certains cadres comme celui ci-dessous sont également son oeuvre.

zorn_7_fete de villag

Anders Zorn – la fête du village

Informations pratiques
Anders Zorn, le maître de la peinture suédoise
Du 15 septembre au 17 décembre 2017
Petit Palais, Avenue Winston Churchill 75008 Paris
Horaires
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le vendredi jusqu’à 21h
Tarif plein : 11 Eur

Post-scriptum : Kåramell, bonbons suédois et autres spécialités

La boutique suédoise de bonbons est toujours là, au 15 rue des Martyrs, qui s’est encore boboïsée depuis mon premier passage il y a 3 ans. Ils continuent d’apporter un échantillon gourmand de la Suède dans ce coin de Paris avec un étalage de confiseries au poids qui ravira les nostalgiques. Pour les nordiques tout particulièrement, diverses réglisses salées, peu courantes dans nos régions.

karamell_2017_2

La boutique propose aussi :

– des livres pour enfants d’auteurs suédois

– des sabots de la marque Moheda

– des trousses et cartables pour la rentrée

– des masques, tiares et tout un tas d’accessoires pour organiser des goûters d’anniversaire ludiques (dont des bougies « Reine des Neiges », si si)

– de la réglisse en sirop, en bâton et sous toutes ses formes pour les cuisiniers, notamment de la marque Lakritsfabriken.

– des objets de déco typiquement suédois (idéal aussi pour le cocooning hivernal)

– et toujours les confitures d’airelle et de mûre polaire.

karamell_2017_1

Informations pratiques :
Käramell 
15 rue des Martyrs 75009 Paris
Du mardi au samedi : 11h – 20h
Le dimanche : 10h30 – 19h
info@karamell.fr

Scandinavie à Paris : Käramell, bonbons suédois

On approche d’Halloween et vous êtes à la recherche de friandises originales pour fêter ça? Je sais où vous pourrez trouver un grand choix de bonbons à thème horrifique ou magique, que vous ne trouverez pas ailleurs.

Karamell_1

A deux pas du bar-tabac de la rue des Martyrs immortalisé par François Hadji-Lazaro du groupe Pigalle, une étrange petite boutique colorée a ouvert il y a cinq ans. Si le ä de son nom, Käramell, ne suffisait pas à annoncer la couleur, un drapeau bleu et or la renforce : c’est le drapeau suédois.

Karamell_2

Ici, on trouve tout un tas de confiseries suédoises et scandinaves de manière plus générale. Elles sont souvent plus naturelles et moins sucrées que leurs homologues septentrionales. Ici, il y a un grand choix de réglisses aromatisées caramel, chocolat, des bonbons bizarres garantis de vous valoir un beau succès auprès des bambins (et des adultes au palais sucré), comme les « croquettes de licornes », ou ces variations en rouge et noir qui feront fureur à Halloween.

Karamell_5

Lire la suite

Café Musée : Institut Suédois (#MercrediMusée )

J’ai une marotte : répertorier les cafés et restaurants de musées. Ca m’a pris lors de voyages à l’étranger, où on est bien contents de trouver un endroit où se poser et reprendre des forces au milieu d’une journée de tourisme intensif. L’Angleterre notamment était en avance sur la France de ce côté, mais ces dernières années, les conservateurs de musée ont enfin compris qu’il était possible (et pas honteux) de rentabiliser l’espace tout en offrant aux visiteurs un service supplémentaire.

Mais pour entamer cette série de reportages photos sur les cafés de musée, je vais faire honneur à une parcelle de terre étrangère en plein Paris : l’Institut Suédois, niché dans un des plus beaux quartiers de Paris, à quelques rues de la Place des Vosges, au 11 rue de Payenne, dans le 3e arrondissement.

 

institut suedois 1

L’Institut Suédois est un centre culturel tout ce qu’il y a d’officiel, qui propose des expositions, des conférences et toutes sortes d’activités pour faire connaître la langue et la culture suédoise aux Français – et à tous ceux qui visitent Paris et s’arrêtent en leurs murs.

Lire la suite