Carnets de voyage : sur la route d’Utrecht (enfin, le chemin de fer)

(non, je n’y retourne pas à nouveau, mais j’ai écrit ceci en route, d’où l’aspect décousu)

7h du matin blême, un quai de gare blafard. L’étape où tu te dis « Mais pourquoi je m’inflige ça alors que je pourrais être dans mon lit? ».

Vu que j’ai une correspondance un peu courte, j’ai demandé au contrôleur si par hasard il savait sur quel quai je devais la prendre. Il regarde mes billets :
« Vous allez à Utrecht? » (d’un air incrédule, d’autant que ça s’entend que je ne suis pas néerlandaise, j’ai mal prononcé Schiphol. Il n’y a personne qui va là-bas?)
« Et vous passez par Schiphol?! C’est bizarre, ça vous fait monter pour redescendre ensuite. C’est plus court par Rotterdam. »

D’après lui il n’y a que 6 quais à Schiphol et les arrivées changent, alors le plus simple est de regarder les écrans en arrivant. De toute façon, il y a un train tous les quarts d’heure pour Utrecht, alors même si je rate le premier…

Et sinon je voulais faire une blague hilarante sur la culture charcutière des Pays-Bas, entre le célèbre port d’Amsterdam et les petites saucisses originaires de Schiphol (les schipolatas). Mais apparemment on dit Skipoel et pas Chipol. Zut.

anim_not sorry

Le Thalys n’a pas le pack assistance Opel, mais il y a quand même Jürgen au wagon bar.

Évidemment, je suis dans LE wagon où un groupe de 8 discute bruyamment… (des vieux. Enfin, de mon âge. Pourvu qu’ils descendent à Bruxelles! Je voulais DORMIR, moi!).

Raté. Ils vont à Amsterdam et planifient leurs visites. Il est bien temps de s’y mettre!

Je trouve deux places dans un autre wagon. Deux jeunes types derrière discutent épisodiquement et à voix basse. Parfois, l’un d’eux entonne quelques mots de « Libérée, délivrée » ou « Let it go ». Non mais normalement on attend d’être à Amsterdam pour se droguer, hein!

anim_frozen done with that shit

Astuce beauté / santé : toujours mettre les lentilles avant le mascara. Comme ça si tu te fous la brosse de mascara dans l’oeil, c’est la lentille qui trinque.

Il y a un parc d’attraction à côté de la gare de Rotterdam? Parce qu’il y a des bâtiments bizarres. Un rond en bois avec plusieurs escaliers et deux tuyaux en inox.

Voui voui voui… Donc à Rotterdam, de mon Thalys, j’ai vu un Intercités quai 14 qui partait pour Utrecht quelques minutes plus tard. J’arrive à Schiphol, mon Thalys part, mon Intercités arrive sur le même quai juste après son départ (au moins j’ai pas eu à trimballer ma valise bien loin). Et l’IC… passe par Amsterdam pour retourner à Utrecht. C’est quoi cet itinéraire? Je vais pas à Koumac moi!

Pas pu me connecter à Thalys Net de tout le trajet alors que mon billet cher de dernière minute m’y donnait droit. Par contre, la wifi gratuite du Transilien néerlandais marche au poil…

Café Musée : le Café du Musée des Arts Aborigènes d’Utrecht – AAMU

Mise à jour : le musée a fermé ses portes définitivement en juin 2017, hélas.

Vu mon court week-end bien rempli, je n’avais malheureusement pas le temps de découvrir les collections de ce musée original, le seul en Europe consacré aux Arts Aborigènes Contemporains. Plutôt que de bâcler en les parcourant au pas de course, j’ai préféré garder pour une prochaine occasion une visite en bonne et due forme. Néanmoins, le personnel a gentiment accepté de me laisser prendre des photos de leur café pour ma collection, bien qu’il ne soit normalement accessible que via l’entrée au musée. Je les remercie de leur patience et de leurs explications.

aamu_1

Le musée se trouve en plein coeur du Utrecht historique à 5mn de la cathédrale. Il donne sur le canal principal (Oudegracht). Le café du Musée des Arts Aborigènes d’Utrecht (AAMU), donc, est situé au rez-de-chaussée mais sur la façade arrière du bâtiment. Sa façade en rotonde débouche sur une cour inondée de soleil, très agréable, comme la salle épurée. La cour et la salle sont décorées d’œuvres aborigènes (les multitudes de points sont un motif courant dans l’art traditionnel aborigène).

aamu_4
Lire la suite

Café Musée : Le café du Speelklok Museum, Utrecht 

Dans une des principales artères commerçantes du centre historique d’Utrecht, au N°6 de la  Steenweg, se trouve le Speelklok Museum, le musée des instruments de musiques automatiques.

Speelklok_01

Cela peut sembler bizarre de se focaliser sur la présence ou pas d’un café pour aller visiter un musée. Mais, tout comme mes autres hobbies, c’est l’occasion de découvertes. Je ne suis pas sûre que j’aurais poussé la porte d’un musée consacré aux automates musicaux, sinon. Ça aurait été dommage : déjà, le musée est installé dans une ancienne église. Outre le cachet que cela donne à l’architecture, on voit des traces de l’ancien édifice par endroit, comme ces reliefs sculptés dans le sol.

Speelklok_07
Lire la suite

10 (autres) raisons d’aller à Utrecht

  1. Les cafés au bord des canaux à regarder passer les canards, avec comme seuls bruits les tintements des sonnettes de vélos et les conversations des autres consommateurs. Si c’est pas le bonheur, ça…
  2. utrecht_02

  3. Il y a des visites culturelles à faire : la cathédrale, son campanile (ci-dessous), le Musée Central, celui de l’Art Aborigène Contemporain (le seul d’Europe), le musée du Train desservi par sa propre gare, celui des machines musicales sis dans une ancienne église, des châteaux pas très loin, et j’en passe.
  4. Les hôtels coûtent moins cher qu’à Amsterdam. Ça reste les Pays-Bas, donc pas donné, mais pas besoin non plus de vendre un rein pour avoir une chambre correcte au centre ville ou tout près.
  5. utrecht_05

  6. Le centre historique est tout mignon avec ses pavés (les filles, évitez les talons aiguilles), ses fleurs, ses bâtiments historiques, les canaux à canards…
  7. Il s’y passe toujours quelque chose. Le week-end dernier, il y avait un festival d’animation (qui passait notamment Jack et la Mécanique du Coeur) et un marathon.
  8. utrecht_04
    Lire la suite

Concert : Tokio Hotel à Utrecht – Feel it All Tour + soundcheck – récit, photos et vidéos

L’attente.

13h : après avoir vainement tenté de me connecter à la wifi de l’hôtel, et ne pas en avoir trouvé au Starbucks du coin, je me décide à faire la queue devant le Tivoli Vredenburg tout récent à deux pas de la gare. Miracle! La salle a une wifi gratuite! Miracle bis! Le soleil apparaît et la bruine cesse pour la journée. Il y a un vent à décorner les chats et il caille, mais ça reste supportable avec le soleil.

Pour l’organisation, je ne sais pas si c’est Adventures in Wonderland qui en est responsable ou la salle, mais c’était carré. Luthérien, même. Une file par catégorie de ticket : normal, pack Great Day, pack Love Who Loves You Back, et Feel it All et Dancing in the Dark dans la même file puisqu’ils entraient en premier pour le soundcheck. Chaque groupe est entré à peu près à l’heure indiquée.

utrecht_02

A 13h30, on nous fait entrer en file indienne, on vérifie nos numéros de pack. (euh… Je l’ai dit que quitte à craquer, j’ai aussi acheté l’upgrade pour un pack DITD? Parce que c’était pas si cher, enfin une fois que tu as payé le billet… J’ai déjà testé (avec d’autres) les Q&A et les photos donc je passe volontiers mon tour, been there, done that, got the T-shirt. Mais je n’avais jamais vu de soundcheck. Enfin, de professionnel. Je veux bien payer pour quelques chansons de plus en petit comité, perso. Si je gagne à l’EuroMillions, je m’offre un concert privé…)

BREF. Donc je re-fais la queue mais à l’intérieur. Le petit gars mignon (mais fatigué) d’Adventures in Wonderland lit mon type de pack et le billet, et dit au gars de la salle que j’ai juste le bracelet et le standard : lanyard et carte plastifiée plus billet souvenir (ceux qui ont acheté le pack ont un billet en plus pour le code barre). Je demande s’il ne lui en resterait pas un de Paris parce que je ne l’avais pas eu, il répond que non a priori, il distribue les excédents à la fin.

Lire la suite

10 raisons pour lesquelles je suis en ce moment dans le train pour Utrecht

  1. C’est très joli, Utrecht.
  2. utrecht 2012

  3. C’est à moins de 4h de train de Paris (3h de Thalys et une correspondance).
  4. J’ai changé de société récemment donc j’ai peu de congés à prendre, mais très envie de changer d’air. Alors un week-end au vert sans empiéter sur mes congés, c’est l’idéal. Surtout que donc, Utrecht, c’est très mignon (oui je sais, tant qu’on n’y est pas allé, on n’a pas idée, mais en gros c’est comme Amsterdam en plus petit et moins surpeuplé, du moins le centre historique). Et Amsterdam, j’y suis déjà allée 3 fois.
  5. Utrecht me rappelle de bons souvenirs de l’avant-première de Dark Blood.
  6. C’est zéro tracas, vu que je connais déjà la ville pour y être passée une fois, pas assez longtemps pour avoir tout vu, mais assez pour ne pas devoir passer 3 semaines à potasser pour éviter de se trouver en galère en faux plan à l’arrivée (surtout que le club est bien situé). Ce qui est idéal pour un voyage décidé le lendemain soir du concert du Trianon soit à 9 jours de l’échéance…
  7. Il y a un concert de Tokio Hotel. Apparemment, je suis incapable de m’en tenir à un seul concert de TH sur une tournée (ils sont super addictifs) (non paske c’était pas prévu, j’ai dit et répété que je me tiendrai à un seul en attendant d’avoir vu celui de Paris. Et le lendemain je prenais mon billet, je suis faible).
  8. Lire la suite

Le dernier film de River Phoenix sera présenté au Netherlands Film Festival

L’info a été relayée par Libération et CinéObs après le communiqué du festival : Dark Blood, le dernier film de l’acteur américain River Phoenix, dont le tournage avait été interrompu suite à son décès en 1993, a été terminé (grâce à l’appel de fonds via Cinecrowd, dont j’ai parlé précédemment), et sera présenté en avant-première lors d’un festival aux Pays-Bas.

George Sluizer, le réalisateur, a souhaité en réaliser un montage d’après les scènes déjà tournées (environ 80% de celles prévues). Le film devrait être projeté dans le cadre de la compétition du Netherlands Film Festival, à Utrecht, fin septembre.