Célibataires, célébrez la Saint Valentin

Car oui, il y a de nombreuses raisons et façons de célébrer le 14 février, même si vous n’avez pas trouvé quelqu’un pour co-payer cet emprunt immobilier sur 20 ans l’âme soeur.

1) Vous n’avez pas à vous casser la tête pour éviter un drame

Fêter ou ne pas fêter la Saint-Valentin? Le dilemme pour les couples. Alors que vous, vous évitez la dispute quand l’un voudrait la fêter et l’autre pas. Et aussi les épineuses réflexions à la lumière d’une boule de cristal : quand l’autre a dit « Nan mais de toute façon c’est une fête commerciale, on n’a pas besoin de ça », est-ce que c’était un vrai rejet du concept, auquel cas tenter un petit cadeau vous vaudra une scène, ou est-ce que bon, quand même, un petit bouquet, une boîte de bons chocolats, ou une quelconque petite attention lui feraient plaisir quand même?

anim_headache_lotr_elrond.gif

2) Vous n’êtes pas soumis aux diktats du marché

Pas besoin de payer un bras pour un dîner à thème imposé moins bon et plus cher que la carte habituelle le soir du 14 février, ni d’acheter au prix fort des chocolats emballés dans des coeurs rouges. On dit merci qui?

3) Vous pourrez acheter les dits chocolats en solde dès le 15 février.

Qui dit fête commerciale, dit afflux de Valentineries dans les magasins, en particulier de chocolats, qui se retrouvent avec un stock énorme à brader après le jour dit. De quoi en profiter en toute tranquillité. Pas forcément seul, vu que…

chocolate friends dickens

4) Importons le concept américain

Aux Etats-Unis, Valentine’s Day n’est pas réservé à l’amour romantique : on peut offrir cartes et petits cadeaux à tous les gens qu’on aime, de toutes les sortes d’amour : amis, famille, etc. Alors si le coeur vous en dit et si la vue des coeurs rouges et des couples obligés de sortir ce soir-là ne vous pèse pas, profitez de ce jour pour faire une sortie entre célibataires, ou bien passez un coup de fil à vos proches… (évitez de citer la Saint-Valentin, sauf en leur expliquant l’idée ci-dessus, de peur qu’ils ne se fassent une mauvaise idée de vos intentions…).

Personnellement, je suis d’avis que toute occasion, même créée à des fins mercantiles, est bonne à prendre si ça permet de se faire plaisir. Sans obligation, mais c’est pratique pour caler une date.

anim_cat dog cuddle.gif

5) N’importons pas le concept japonais

Au Japon, la tradition occidentale a été un peu modifiée. Seules les femmes offrent des cadeaux, ce ne sont que des chocolats (pas de cartes), et il y a deux sortes de destinataires : l’élu de son coeur, à qui on offre des « honmei-choco » (chocolats des sentiments vrais). Et les femmes qui travaillent peuvent être incitées à donner des « giri-choco » (chocolats d’obligation) à tous leurs collègues, chefs etc. Heureusement, ce n’est pas le cas partout (d’après un petit sondage de cet article, environ une femme sur quatre le fait), et certaines firmes l’interdisent même pour éviter que les femmes n’y dépensent trop d’argent et de temps (à déterminer quelle quantité offrir à qui).

captaintsubasa_dreamteam_saintvalentin

Et là, moi je dis NON. On connaît déjà tous le collègue pique-assiette qui dit bonjour que s’il y a quelque chose à manger sur ton bureau, et j’ai déjà dit à quel point la « bise obligatoire » me soûle. Alors le chocolat de bureau obligatoire, hein…

De façon amusante, au Japon, les hommes qui ont reçu des chocolats le 14 février ont l’obligation de répondre en faisant un cadeau un mois après, le White Day (14 mars)… à l’instigation des fabricants de chocolats qui ont ainsi trouvé un bon moyen de doubler leur mise.

Il paraît que les collégiennes pratiquent aussi le « tomo-choco » (chocolats pour les amis), voir le « jibun-choco » (chocolats pour soi-même. Eh oui on finit tous par avoir l’idée de se faire plaisir!).

Publicités

Fail de pub : comment foirer son mailing « personnalisé »

Depuis quelques temps, Outlook classe de lui-même les mails en « Prioritaire » et « autres », suivant des critères àlacon incompréhensibles et non paramétrables, comme c’est actuellement la mode pour les changements qu’on nous impose pour notre bien dans notre utilisation des outils informatiques…

Bref.
Pour une fois, c’est à juste titre que sur ma boîte perso, Outlook avait rangé dans la catégorie « Rien à carrer » deux mails intitulés « Demande de rendez-vous – «  suivi de mon prénom. Je suis un peu intriguée par cette formulation professionnelle, et je clique.

anim coffee cynicism

Je lis en premier un mail tenant à peu près ce langage (ignorez la mise en forme, ajoutée par moi pour la suite de l’article) :

Bonjour [mon prénom],

Après avoir consulté votre profil sur LinkedIn, je me permets de vous contacter directement par mail.

Je voudrais vous parler personnellement puisque nous avons [blabla sur le business de la boîte que représente le commercial].

J’aimerais voir avec vous comment nous pouvons collaborer.

Auriez-vous 15 minutes à m’accorder cette semaine pour un échange téléphonique?

*Je précise qu’il y a bien mon vrai prénom à la place de [mon prénom].

Décryptons les techniques de comm’ : les mots mis en gras par mes soins visent à faire sentir au prospect (c’est comme ça qu’on appelle les clients potentiels qui n’ont rien demandé…) qu’on lui porte une attention particulière, et aussi que le commercial considère qu’il y a adéquation entre leur offre et notre profil.

La phrase en italique est le genre de formulation commune qu’on m’a recommandé de mettre dans des lettres de motivation il y a 15 ans. Il faut donner l’impression non pas qu’on sollicite un service, mais qu’on propose une collaboration donnant-donnant.

Le tout me donne déjà envie de jeter le mail dans la même poubelle que le marketing-à-papa d’Yves Rocher ou de la Redoute dont il est le digne successeur.

anim_cat_fuck this_ku-medium

Puis je lis le suivant :

Bonjour [mon prénom],

J’imagine que vous n’êtes pas disponible, je voulais simplement savoir si vous avez eu l’occasion de lire mon précédent mail.
Ma proposition d’un échange par téléphone tient toujours.

Auriez-vous prochainement, un créneau de 15 minutes à m’accorder ?

Merci d’avance pour votre retour,

Ce qui est drôle, c’est que les mails « personnalisés » ont en fait été envoyés dans le désordre. J’ai reçu le lundi le deuxième, celui qui demande « si j’ai eu l’occasion de lire leur précédent mail ». Et le mail « précédent » en question est arrivé 2 jours après, le mercredi.

anim_loki faceplant

J’hésite à envoyer une réponse bien méprisante aux boulets qui ont pondu cette formidable technique commerciale. Mais je préfère consacrer ce temps à me moquer d’eux sur mon blog, plutôt que leur faire la grâce de leur expliquer qu’ils sont en train de foirer complètement leur plan de comm’ en passant pour des incapables en plus d’être malhonnêtes (quoique malhonnête dans la démarche, c’est apparemment la description du boulot de commercial, donc ils ne comprendraient sans doute pas que la fausse personnalisation me hérisse plus que d’admettre « Salut, j’envoie un mailing à tous les contacts que LinkedIn a bien voulu me vendre, ma société fait […], est-ce que nos services peuvent intéresser votre société? »).

Carnet de comptoir : dans Ressources Humaines, il y a… sour?

De toute évidence, ce midi, les gens à la table voisine font partie d’un service des Ressources Humaines.

anim_eyes

D’abord, ils se plaignent d’une de leurs collègues qui va faire une formation en sophrologie, 2 jours par semaine, deux semaines par mois. Et qui a priori est déjà aux 4/5e. Ce qui les embête, c’est qu’elle n’a pas l’air bien fixée sur son projet (profil « papillon » qui a déjà pris récemment une année de disponibilité pour formation universitaire), que la formation a l’air un peu insuffisante. Accessoirement, elle fait une montagne d’un rien, donc devenir sophrologue pour aider les gens, ça ne paraît pas être dans ses cordes : il faudrait déjà qu’elle s’aide elle-même. En plus, au début ils se disaient qu’elle ne serait pas disponible 4 jours par mois (en plus des 4 de son 4/5e), mais ça passe. Sauf qu’elle veut plus, en tout cas elle se plaint, car elle aura du travail perso à faire à la maison (« ben oui c’est donc à la maison », sous-entendu pas au travail), et un mémoire à préparer (ben oui c’était prévu dès le départ, hein, fallait y réfléchir en t’engageant).

Bon. Soit. Ca s’entend.

Le profil papillon-boulet, j’en ai croisé assez pour savoir que comme collègues, c’est la plaie parce qu’ils ne font pas grand-chose, pas très bien et qu’ils font surtout perdre du temps à tout le monde. Et dans le fandom, ce sont aussi des crampons

calimero

Sauf que 10 mn après, ils parlent d’une autre salariée qui a fait une formation de yoga (en dehors de ses heures de travail, elle : la moitié des gens à table n’étaient pas au courant et n’avaient pas remarqué qu’elle l’avait faite), et que là à la rentrée, elle ouvre son studio de yoga pour donner des cours à son compte le soir, tout en gardant son activité salariée. Eh ben là, ils critiquent encore en disant que « il y en a qui sont pas fatigués après leur journée de travail, alors que toi tu rentres tu es lessivé ».

Alors il faut savoir : les gens qui disent qu’ils vont avoir du mal à assurer le surcroît d’activité demandé par leur projet perso en dehors du travail, on les critique, et ceux qui arrivent à mener les deux de front sans que ça se soit vu (parce qu’a priori personne n’a remis en cause la qualité de son travail), on les critique aussi?

Et sinon, c’était le déjeuner à thème « langue de pute » ou c’est toujours comme ça dans les RH?…

anim_total-bitch

Le totalitarisme tranquille

Tout est dit.

Le blog d'un odieux connard

L’Art, c’est bien.

Attention, hein, je parle de l’Art en général, pas de Maître Gims, soyons sérieux. Mais tout de même : l’Art, c’est par exemple la possibilité d’écrire, de dessiner, de sculpter, filmer ou que sais-je encore, ce qui vous passe par la tête. Comme espace de liberté, on fait difficilement mieux. Par ailleurs, l’Art, c’est une pensée : quand vous lisez la page de n’importe quel livre, il faut se rappeler que chaque phrase était, à un moment donné, dans la tête de quelqu’un qui si ça se trouve est mort il y a des siècles (bon, si vous lisez juste Public, on va oublier). C’est un peu l’archéologie de la pensée.

Mais visiblement, c’est mal. Mal, parce que les gens d’il y a plusieurs siècles ne pensaient pas comme nous, aussi ces derniers temps commence-t-on à vouloir effacer ou réécrire les traces de ce passé qui…

View original post 83 mots de plus

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #13

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Je ne vous cache pas que la semaine avait plutôt mal commencé, vous le savez si vous avez lu l’article de mercredi. Et il aura fallu attendre samedi pour que je trouve quelque chose de positif à raconter autre que « J’ai enfin réussi à résoudre les problèmes de production de mon appli après une semaine de rattrapages divers ». (ce qui certes est un petit bonheur, mais pas forcément très « relatable », comme on dit en franglish des rézosocio).

anim_ohno_close laptop

Moi lisant mes logs de batch le week-end dernier

Mais samedi, j’ai réussi à cocher dans la même journée, entre deux parties de Captain Tsubasa Dream Team (il y a un event pour farmer une parade de mon petit Genzô « casquette » Wakabayashi, en attendant d’en recruter un bon un jour j’espère), tout un tas de cases de ma to-do liste du week-end :

  • le Feldenkrais / Pilates (« Plus petit, plus lent le mouvement, plus rond sera le cercle ». Les commentaires de cours de Pilates et assimilé par des profs non francophones d’origine, ça a parfois un petit air de Yoda… moi j’aime bien XD J’ai décidément trouvé le club qu’il me fallait).
  • des soldes (expédiées de 2-4-6 parce que moi et le shopping, c’est de l’utilitaire plus qu’une passion…).
  • un passage à Bookoff pour fignoler un futur article et voir s’ils avaient eu des arrivages de Captain Tsubasa (non).
  • une pause gourmande réussie (aussi pour un futur article).
  • 2 raids Groudon à Pokemon Go expédiés aussi sans perte de temps qui m’ont permis d’en récupérer un de plus avant qu’il ne disparaisse, un nouveau Légendaire étant arrivé ce jour (je ne l’ai pas encore vu).
  • ma première visite au Café des Chats depuis environ un mois ou plus, où miracle, après 2 ans et demi, ils ont enfin changé (un peu) la carte… Et les chats ne se souviennent pas du tout de moi, c’est un scandale.

Ce qui veut surtout dire que comme j’ai coché tout ça, il m’en reste d’autant moins à faire dimanche, et qu’au moment où vous lirez ces lignes, je serai probablement au fond de mon lit à mettre en pratique mes bons voeux de l’année à ceux que je connais :

fjva_barre_pissenlits

Je vous souhaite une belle année avec plein de grasses matinées.

fjva_barre_pissenlits

anim_cat in dog bedanim_dog claims bed form cat

(je découvre en cherchant « bed » comme mot clé pour illustrer cet article que curieusement, j’ai mis en ligne 2 versions de ce gif sur le blog à 5 mois d’écart – en 2015. Quand je vous dis que j’ai une mémoire de poisson rouge…)

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #11

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Mon petit bonheur de la semaine écoulée, ça a été un voyage nostalgique de 2h30 « à la maison », à savoir dans l’univers de Star Wars, revivifié par Rian Johnson dans le dernier épisode en date de la saga, Les Derniers Jedi. Chronique ici.

starwars-Luke

Et puis en ces périodes de fête, on a fait ripaille, et on a passé du bon temps en famille. C’est chouette aussi.

Le Petit Bonheur Hebdomadaire #10

Ce rendez-vous est une excellente idée de Pause Earl Grey. Comme son nom l’indique, ça consiste à raconter un petit bonheur arrivé dans la semaine.

Depuis vendredi : C’EST LA QUILLE!
Je suis en congé pour quelques jours, je vais buller, dormir, glandouiller, manger et faire que dalle. Et re-ralentir un peu le rythme des articles que j’avais accéléré dans l’espoir un peu vain de remonter ma moyenne avant la fin de l’année XD . Mais c’est trop de boulot et ça fait mal au dos.

anim_kitten asleep

Et puis j’ai grattouillé un dalmatien qui devait avoir 2 mois et était tout câlin, faut que j’arrête de bêtifier devant des animaux à côté du boulot. Entre ça et les Pokemons, ma réputation d’adulte responsable à dû partir à vélo* depuis longtemps. Mais ça ferait 3 histoires de chiens sur 10 petits bonheurs, ça deviendrait répétitif.

Vacaaaaances!

*Je sais, c’est fait exprès.

Application : Captain Tsubasa Dream Team sur Android et iOs

Pour une fois, je n’ai pas raté le lancement d’un jeu pour smartphone! Lancé le 5 décembre dernier sur iOS et Android en version mondiale (la version japonaise existait depuis 6 mois), Captain Tsubasa Dream Team a été développé par KL Lab Games pour coller au mieux au célèbre manga diffusé en France sous le titre Olive et Tom. Graphismes de Yôichi Takahashi, une partie des doubleurs japonais des origines, et personnages fétiches vous replongent dans l’univers d’Oozora Tsubasa et de ses amis. Le jeu est traduit en plusieurs langues, mais en version française les joueurs conservent leurs noms japonais. Ouf!

Screenshot_20171205-214220

Un conseil si le jeu vous intéresse : dépêchez vous de le télécharger pour profiter des diverses opérations de lancement qui vous faciliteront la constitution d’une équipe pas trop mauvaise.

Dans le fonctionnement, le jeu ressemble au seul autre jeu de football auquel j’ai joué, BFB Champions : on recrute des joueurs en gagnant des matchs, ou par loterie, avec des objets gagnés en remplissant des missions (ici des Dreamballs). On peut entraîner ces joueurs, et même les faire monter de catégorie pour atteindre le stade ultime UR. Chaque joueur a des techniques spéciales, des forces et des faiblesses. Et en plus des modes d’entraînement pour monter de niveau, il y a des ligues et diverses autres occasions de match.

Screenshot_20171205-214447

Captain Tsubasa Dream Team possède des atouts que n’a pas son concurrent :

  • le mode manuel, où sans contrôler tout, vous pouvez néanmoins choisir lors des duels quelle action va effectuer le joueur qui a le ballon (tir, passe, une-deux, utilisation de sa capacité spéciale… – et là je suis contente d’avoir tiré Schneider SSR en début de jeu : il sait tout faire, c’est pratique…)
  • les matchs en ligne, pour affronter un autre joueur en direct (il bugge un peu, essayez en wifi).
  • Les joueurs sont disponibles à plusieurs niveaux de rareté (N => R => SR => SSR => UR – jusque là on trouve un équivalent dans BFB) mais aussi avec une spécialité parmi Force, Technique et Vitesse, et chacun a sa propre TS. C’est donc utile de renforcer votre Tsubasa SSR en lui transférant les TS de ses versions moins bonnes (attention : si un joueur a plusieurs TS, quand vous en transférez une c’est tout le joueur qui est « consommé »). Vous pouvez également renforcer les TS d’un joueur en lui transférant la même TS d’un autre joueur, ou d’un doublon de lui-même.
  • les personnages sont évolutifs : outre que vous pouvez les faire monter de niveau dans leur catégorie en les entraînant, vous pouvez aussi les faire passer à la catégorie supérieure une fois au maximum, moyennant des items spéciaux. Utile notamment si vous n’arrivez décidément pas à avoir un bon goal, ceux-ci étant rares au-delà du niveau R.

Il lui manque en revanche une fonctionnalité de son concurrent : l’échange de personnages entre joueurs. Parce que le hasard fait rarement bien les choses, et que par le mystère des tirages au sort des recrutements, certains se retrouvent avec 15 fois un personnage dont ils n’ont que faire, alors que le joueur d’à côté grille toutes ses Dreamballs pour l’avoir en vain…

Lire la suite

Feelgood posts de l’Avent (1) : histoire de fan / Olive & Tom

C’est décembre, et comme l’an dernier, j’ai décidé de faire la trêve des confiseurs et d’arrêter d’être mon Grinch habituel jusqu’au 1er janvier. (… dans la mesure du possible : chassez le naturel, il revient au canot).

Et ça tombe bien, car fin novembre j’ai trouvé des candidats pour entamer cette série.

Premier article Feel Good de l’Avent, donc : une petite histoire postée par Jibé sur son blog, True Story, qui m’a bien fait rire et que je tiens à partager avec vous.

==> True Story <===

(Evidemment je redirige vers son blog au lieu de ré-héberger sa BD, hein… Même si visuellement l’article y perd. Teaser : )

JIBE_true story teaser

Alors oui, ça parle indirectement d’Olive & Tom (Captain Tsubasa), mais je pense que même sans aimer, ça vous fera rire… Surtout si vous êtes fan (de ça ou d’autre chose). Le plus drôle, c’est que ce n’est même pas ma passion retrouvée pour ce manga qui m’a fait découvrir ce blog : c’est que le tweet de Jibé est apparu sur mon fil  Twitter pour avoir été liké par Thorn, illustratrice et coloriste, que je suis sur l’oiseau bleu depuis assez longtemps.

Et pour l’anecdote, je suis sûre à 99% que j’ai possédé ce numéro de Manga World, acheté évidemment pour sa couverture et parce qu’à l’époque on n’avait que les fanzines pour avoir des infos sur nos mangas préférés… mais impossible de remettre la main dessus, il a dû passer à la benne lors de mes premiers essais de la méthode Konmari ;__;

Si ça se fait, c’est même à ce salon que je l’ai acheté.

Everything is connected, comme dirait quelqu’un 😉

Idée cadeau (2) : les sacs et pochettes de Croc’Odile Créations

Suite des idées cadeaux parmi mes copinautes créatives, avec les sacs, pochettes et accessoires en similicuir créés par Odile Créations. Je vous ai présenté son activité l’an dernier, elle a continué à innover depuis en ajoutant à sa collection de sacs à main et pochettes des portes-cartes, des sacs berlingot pour les clés, des pochettes à bandoulière pour téléphone portable, des sacs à LED intégrés…

odile_pochettes

S’il est un peu tard pour passer commande d’accessoires customisés pour Noël, vous pouvez aller voir et craquer pour ses créations aux marchés de Noël suivants :

Marché de Noël de Coupvray (77700)
les 9 et 10 décembre
Samedi 10h30 / 18h
Dimanche 10h30 / 17h
Ferme du château (au nord de Disneyland Paris)

Marché de Noël de Crécy La Chapelle (77580)
les 16 et 17 décembre

Pour vous tenir au courant des prochaines expositions, consultez son site web.

odile_pontarme