Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (4/4)

Chapitre 4

Quelques mois à peine après son arrivée, les couloirs bruissaient d’agitation. En ce jour, une Epreuve aurait lieu. Habituellement, tous les apprentis, et sauf exception les Mages eux-mêmes, se souvenant de leur propre examen de passage, priaient chacun la lune de leur ordre de protéger celui qui risquait sa vie pour obtenir plus de pouvoir. Cette fois les paris circulaient à voix basse entre apprentis, et la plupart espéraient la défaite -la mort- du candidat. Cela n’étonnait plus Dalamar. Non plus que la présence insolite d’un étranger dans la Tour en un jour si spécial, où d’ordinaire l’accès en était plus protégé encore.

Le candidat de l’Epreuve du jour était le jeune homme en Robe Rouge qui avait accueilli, plutôt mal, Dalamar à son arrivée. L’elfe noir avait fini par comprendre d’une part que c’était Galathus qui aurait dû s’en charger, d’autre part que celui-ci s’était déchargé de sa tâche sur un apprenti en noir, Jalenth. Lequel, à son tour, peu enthousiaste à l’idée d’écarter les esprits gardiens du Bois de Wayreth, avait confié la corvée de ramener le nouveau au jeune homme en Robe Rouge. Il n’était pas étonnant dans ces conditions que celui-ci n’ait pas été aimable. Non qu’il le soit beaucoup plus au naturel, comme Dalamar avait ensuite eu l’occasion de le constater.

Lire la suite

Publicités

Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (3/4)

Chapitre 3

Dalamar se tordit sur le sol en essayant de se redresser. Le paysage changeait autour de lui. Malgré sa douleur et les phosphènes qui dansaient devant ses yeux, il était sûr que ces sapins n’étaient pas là quand il avait perdu conscience, mi-dormant mi-assommé par le sang qu’il avait perdu. Et encore moins les yeux fantômatiques qui apparaissaient entre eux, flottant sinistrement dans la pénombre. Au moins il avait réussi à se débarasser de ceux qui l’avaient laissé en si piteux état. Ces Qualinesti ne se risqueraient plus à s’en prendre à un elfe noir sans prévoir de sort à la hauteur.

Une silhouette en robe rouge apparut à la limite de son champ de vision et Dalamar tourna brusquement la tête vers elle, pour le regretter immédiatement quand un haut-le-coeur menaça de terrasser. Son malaise s’apaisant, il releva les yeux vers le mage. Non, se reprit-il, l’apprenti. Il portait à son cou l’insigne que Talikath avait décrit comme étant celui des mages attendant de passer l’Epreuve. Ce n’était qu’un jeune homme mince, aux cheveux bruns, au visage creusé par la fatigue de longues heures d’études, qui l’observait sans aménité. Sa voix n’était guère plus qu’un murmure où pointait l’agacement.

 » Tu cherchais la Tour de Wayreth? Elle t’a trouvé. Suis-moi. »

Lire la suite

Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (2/4)

Chapitre 2

Jusque dans la nuit, le rire atroce tinta à ses oreilles. N’y tenant plus, il se leva pour marcher dans les jardins publics, essayant de chasser ce son de sa mémoire. La douceur de la nuit ne lui apporta guère la paix, car il ne put s’empêcher de repenser à Shalinar. Ses brûlures étaient en voie de guérison, mais il serait plongé dorénavant dans une nuit permanente. Les flammes en attaquant ses yeux l’avaient rendu aveugle, et personne n’avait rien pu y faire. Cela dépassait les capacités des mages du Silvanesti. Dalamar serra les poings. Si seulement il avait eu le pouvoir de neutraliser le mage noir avant qu’il lance son sort, s’il n’avait pas eu à l’attaquer avec sa simple épée, il aurait peut-être pu l’empêcher de rendre Shalinar invalide. Si Kerenthas n’avait pas tant attendu avant d’utiliser sa magie pour le contrer…

Lire la suite

Fan-fiction Dragonlance : L’appel des ténèbres (1/4)

Préambule : je songe à créer une catégorie « Contes de la crypte » pour ces vieilles fan-fictions ressorties de mes tiroirs… Néanmoins, en retrouvant celle-là, il m’a semblé qu’elle n’avait pas trop vieilli. Comme souvent mes fan-fictions, elle est centrée sur un personnage secondaire et ambigu : le mage noir Dalamar – qu’on rencontre, dans la série de romans principales de DragonLance, quand il est l’assistant d’un des personnages les plus intéressants : Raistlin. Je lui ai écrit des origines. L’avantage, c’est que vous n’avez pas besoin de déjà connaître l’univers de Dragonlance et ses personnages pour comprendre l’histoire, puisque j’y ré-introduis les concepts utiles. Retour vers le passé, à double titre…

Chapitre 1 :

Sur un geste de leur officier, les soldats elfes tirèrent leurs flèches sur le groupe de soldats qui traversait la passe. L’adresse des archers trouva les failles des armures noires, et la moitié des guerriers, y compris le commandant qui marchait à leur tête, s’effondrèrent avant de savoir ce qui leur arrivait. Bien entraînés, les survivants réagirent immédiatement et se dissimulèrent sous le moindre surplomb de roche. Un homme en robe noire resta seul au milieu de la passe, étendant les bras en psalmodiant des sons étranges. Les flèches ne l’atteignaient pas. A son signal, les soldats surgirent de leur abri, protégés par le bouclier magique, et se ruèrent à l’assaut des hauteurs où se dissimulaient les elfes.

Lire la suite

Metallica veut voir votre fan-art

Dans sa dernière newsletter, le groupe Metallica (que je ne vous présente pas, hein…) vous invite à leur envoyer votre fan-art afin qu’il soit incorporé à leur dispositif scénique (projetés sur les cubes qui surplombent la scène, dont je vous parlais dans mon compte-rendu du concert de Bercy du 8 septembre). Alors si vous avez envie d’être, plus que jamais, « the 5th member » de Metallica, envoyez votre meilleure oeuvre à l’adresse ci-dessous.

metallica_bercy_11

Du fan-art projeté sur les écrans

Want a chance to share your art with the Metallica family? We are searching high and low for fan art to incorporate into our stage production (that means on the new video cubes!) while Metallica performs live around the world! If you are interested and have some artwork that you’d like to share, please submit to fan.art@metclub.com. We have always loved the creativity Metallica fans bring to the table and we can’t wait to see what you have in store for us next!

Post-scriptum : le crowdfunding Hero Corp : Capitaine Flemme (+Freaky Friday)

Je voulais vous présenter mon super polo Hero Corp, que j’ai reçu en récompense de ma contribution au financement participatif de la saison 5 (et finale) de Hero Corp, la série de super-héros de Simon Astier.

J’en profite pour vous révéler mon identité secrète de super-héros de classe 98, car je suis en réalité : le Capitaine Flemme. (oui alors comme beaucoup, j’avais vu un peu grand pour la taille, M sur mon format de hobbit, c’est pas top)

hero corp capitaine flemme

Origin story : griffée par un chat radio-actif, j’ai acquis une extrême souplesse (ah non) des griffes rétractiles (non plus) le pouvoir incomparable de pouvoir dormir 18h par jour (ce n’est pas très utile au combat, cela dit).

J’ai quand même eu droit à un générique dans les années 80, dont je suis sûre que vous vous souvenez si vous avez connu cette époque – et ce, même si vos souvenirs vous trompent peut-être un peu sur les détails. Voici les paroles exactes, que je vous laisse chanter en karaoke :

Au fin fond de l’Univers, à des années et des années-buross de la Terre,
Roupille celui que le gouvernement intersidéral appelle
Quand il n’est plus capable de trouver une solution à ses insomnies,
Quand il ne reste plus aucun espoir :
le Capitaine FLEMME !

 

Capitaine Flemme tu n’es pas

Du matin ou d’midi

Mais du fond de ton lit 

(Capitaine Flemme )

Tu te couches avant minuit

Tu dors jusqu’à midi

Toujours prêt pour un somme

anim_kitten asleep swimming

Lire la suite

(Fan-fiction) Tokio Hotel : Devilish – ou presque

Contexte : a long time ago, in a galaxy far far away… j’écrivais des fan-fictions.

Les humoristiques sont sans doute celles qui vieillissent le mieux et parlent le plus aux lecteurs hors fandom.

Voici donc une petite fan-fiction sur Tokio Hotel, en 2001, du temps où le groupe s’appelait encore Devilish et tentait de se faire connaître dans les clubs de l’ex-RDA.

Lire la suite

DIY : serre-tête oreilles de renard / kitsune

Après avoir cherché en vain des oreilles de renard à mon goût sur Internet, je me suis dit que ce serait plus rapide de les faire moi-même. Après quelques tâtonnements et une maquette en papier, je partage avec vous le résultat de mon bricolage.

diy_kitsune_6

Matériel :

  • 1 serre-tête qui vous tient bien sans faire mal, de préférence ajouré et sombre (celui-ci vient de chez Claire’s)
  • 1 coupon de feutrine orange
  • 1 coupon de feutrine blanc (j’ai acheté aussi du blanc, mais finalement j’ai pris le blanc cassé, je trouvais que ça ferait plus naturel)
  • Coton ou chutes de feutrine pour rembourrer
  • Fil orange
  • Fil blanc
  • Fil plus solide type « couture pour jean » pour la fixation des oreilles au serre-tête
  • 1 aiguille
  • 1 épingle et / ou 1 pince à linge
  • Ciseaux
  • Le patron ci-dessous (faites les arrondis moins larges, d’ailleurs)

diy_kitsune_0Dessinez au bic ou au feutre (sans trop appuyer : l’encre traverse facilement la feutrine) les deux formes dans la feutrine orange. Découpez-les et rabotant au passage les demi-cercles (oui, j’ai changé la forme du patron en cours de route. Je voulais faire des oreilles asymétriques, plus « remplies » à l’arrière, mais c’était trop compliqué pour pas grand-chose. Et du coup le « rebord » n’a plus à être aussi large).

diy_kitsune_1

A partir du même patron plié en deux, dessinez sur la feutrine blanche 2 triangles plus petits en vous arrêtant à un bon cm du bas. Les triangles blancs représenteront l’intérieur des oreilles.

diy_kitsune_2

Positionnez-en un sur la feutrine orange comme indiqué. Le bord bas du triangle doit être sur la ligne imaginaire entre les les deux pointes du triangle orange. L’arrondi sous les triangles servira à refermer l’oreille après rembourrage, donc le blanc peut « déborder » un peu dessus mais ce n’est pas nécessaire. Maintenez les deux en position avec une épingle ou une pince à linge (ça évite de trouer ou plier la feutrine).

Avec du fil blanc, cousez les deux ensemble sur les trois côtés. Pour un plus joli rendu, essayez de faire les points uniquement sur l’intérieur du blanc.

diy_kitsune_3

Une fois que c’est fini, cousez le bord supérieur de l’oreille avec du fil orange.
Variante moins voyante : cousez-le en mettant le blanc dedans, et retournez ensuite.

Pour le rembourrage, j’ai triché en recyclant des rembourrages amovibles de soutien-gorge dont je n’ai pas l’usage, le look poupée gonflable n’étant pas ma tasse de thé. Pliés de façon asymétrique et cousu sur 2 points, ils avaient déjà la bonne forme. Je les ai recouverts d’une couche de feutrine cousue sur la pointe pour maintenir l’ensemble, et hop, dans l’oreille.

diy_kitsune_4

Sinon, vous pouvez utiliser ce qui vous reste des coupons de feutrine. Pour avoir la bonne forme, essayez de faire des triangles de taille croissante superposés à partir de la base. L’idée étant d’obtenir une base vaguement plate pour améliorer la stabilité sur le serre-tête.

diy_kitsune_5

Repliez les deux rebords de l’oreille l’un sur l’autre, avec un ourlet à celui de l’extérieur pour une finition plus propre. Cousez les ensemble. Et hop, une oreille de renard!

Faites la deuxième en symétrique, pour qu’une fois les deux oreilles montées sur le serre-tête, les deux bords non cousus se fassent face.

Il ne reste plus qu’à coudre les oreilles sur le serre-tête. C’est là que c’est utile d’avoir trouvé un modèle à trous : ça permet de multiplier les points d’attache. Utilisez de préférence un fil plus épais, et dont la couleur se fond facilement soit avec le serre-tête, soit avec vos cheveux. J’ai pris du noir faute de mieux.

diy_kitsune_6

Bon ok, j’ai raté celle de gauche…

J’ai opté pour la version low cost / facile en me contentant de coudre les triangles blancs sur l’extérieur. Une version plus soignée serait de couper des triangles blancs juste un peu plus petits que les oranges, de procéder à une découpe dans une face de chaque « oreille » orange, et de coudre le blanc à l’intérieur. Ce serait encore mieux si vous trouvez un tissu façon fourrure (fausse!). Ca coûte cher, mais pour de petites surfaces comme ça, les vendeurs de tissus vendent parfois au rabais les restants de coupons (pour les Franciliens, allez voir autour du marché Saint Pierre sur la butte Montmartre).

… Comment ça, « oui mais à quoi ça sert? ».

A être la plus belle kitsunesque pour aller danser, cette question. A un concert de Babymetal. Les petites métalleuses japonaises en jupette qui répandent la musique metal au nom du Dieu Renard (Kitsune).

… Je crois que c’est la première fois que je bricole un truc aussi sophistiqué et voyant pour un fandom. Jusqu’ici, je n’avais fait que des T-shirts à base de transferts personnalisés.

Mode : Sacs à main: on en a plein le dos!

Après avoir causé des générations de scoliosés et de lombalgiques avec leurs it-bag King size, les marques réagissent à la demande et se lancent les unes après les autres dans le sac à dos citadin, version femme. Des sacs en cuir ou en synthétique, coordonnés au reste des collections, mais qui pèseront sur votre dos d’une façon symétrique. D’autant que les marques proposent des modèles de taille réduite, pour vous encourager à alléger votre fardeau. Less is more.

Petite sélection partiale de marques : Esprit, Fossil, Lancaster, le Tanneur :


Pour éviter l’aspect trop sport et décontracté, la plupart optent pour la forme de bourse, fermée par un cordon ou pas, avec un rabat. Je suis un peu sceptique sur la sécurité dans les transports, vue la densité de pickpockets à Paris, ou alors il faudra le transférer à l’avant façon kangourou. Ce qui n’améliore guère l’allure générale.

Même Fendi s’y est mis :

sacados_fendi
Mais entre nous soit dit, monsieur Lagerfeld, et en dépit de l’estime que je vous porte, si c’est pour porter un sac à dos en tête de monstre, je prendrai plutôt le sac Toothless (même si malheureusement, la créatrice n’en fait plus) :

toothless_backpack_by_bt_v-d6hmjm3

fan-made backpack

(sauf que oui mais non. Sauf pour aller à Japan Expo ou autre occasion festive, je me suis trop habituée à me « déguiser » en citadine normale. Alors débourser 2500 euros pour passer pour une fashionista auprès des 2% de la population qui reconnaîtront le modèle, et pour une ado attardée aux yeux des 98% autres, ça ne me dit rien. On en rediscutera si je gagne au loto).

C’est quand même curieux: l’image de l’élégance, ce sont les talons vertigineux et le sac à l’épaule (ou au creux du coude à la parisienne fashionista – pour bien montrer la marque), et c’est exactement la combinaison optimale pour se bousiller la colonne vertébrale…

(Fan-fiction) Saint Seiya : Changement de tactique

(j’ai retrouvé une autre de mes vieilles oeuvres. Ne me dites pas merci)

 Changement de tactique

L’émergence d’un cosmos surpuissant réveille les Chevaliers de par le monde…

Japon :
– Seiya, chargé comme un âne de victuailles diverses, laisse tout tomber dans l’escalier : « Faut que j’y aille, Mylène, la princesse Saori a besoin de moi! »
– Mylène « Moi aussi ! C’est qui qui va les porter, mes packs d’eau minérale?! Tu trouves toujours une excuse pour te défiler, sale type, coureur de jupons! »

Japon, bis :
– Shun, sa nudité couverte d’une serviette et dégoulinant d’eau, jaillit de la salle de bains : « Zuteuh! Pourquoi toujours quand je suis sous la doucheuh? »
– Ikki « Paske t’y passes la moitié de ton temps, dans cette fichue salle de bains! »

Chine, les 5 Pics : (il fait nuit – c’est le décalage horaire)
– Shunrei : « Ben Shiryu keskyspass? »
– Shiryu : « Désolée , chérie, le devoir m’appelle. »
– Shunrei : « Dis-lui de te rappeler aux heures ouvrables, rogntudju! Tu pourrais pas raccrocher quand on est occupés?! »

Sibérie :
– Hyôga : « Comment ça, plus de roses? Mais c’est un scandale! Importez-en alors! »
– Le marchand primeur-épicier fleuriste local : « Désolé Mr Hyôga, en cette saison les roses ne fleurissent plus que dans l’hémisphère sud, ça coûte trop cher d’en importer… »
– Hyôga, transpercé par l’écho du cosmos maléfique : « … Bon, je vais y aller, vu que la princesse rembourse les transports, j’en profiterai pour ramener des fleurs pour môman… »

Nos valeureux héros se retrouvent devant la demeure somptueuse de Saori Kido, alias la réincarnation d’Athéna. Elle n’est pas là. Sur la table de la cuisine, elle a laissé un mot pour eux, écrit sur du papier rose pâle décoré de petits chatons.

 

fic_lettre saori
A la lecture de la lettre, Ikki se tape le front.

« Ah la conne! Elle aurait pas pu nous attendre, non?! Elle est encore allée se foutre dans le pétrin! »
Silence gêné mais vaguement approbateur des autres.
Shiryu toussote « Ouais, bon, mais si on y va pas, notre ennemi va détruire le monde. »
Ikki « Je l’emmerde, le monde. Il me fait chier, d’abord, le monde… »
Traînant un Ikki râlant et ronchonnant, les Chevaliers retournent le contenu de tous les placards pour mettre la main sur les clés du jet, et s’embarquent pour le trajet jusqu’à une île grecque.

Lire la suite