Photographie : Strasbourg entre street art et histoire

Lors de ma balade « culture et pokemon » à Strasbourg cet été, j’ai été étonnée de découvrir qu’outre ses atouts historiques architecturaux bien connus, elle semblait également être le terrain de jeux de divers artistes de street art. Petit panorama :

La ville est aussi parsemée de statues d’Alsaciennes, mises en couleurs différemment suivant les artistes auxquelles elles ont été confiées.strasbourg_streetart_07

Et quelques photos plus traditionnelles de la Petite France et du bord du canal des Faux Remparts, qui cache une agréable promenade à fleur d’eau :

Dont un essai de la fonction « panoramique » de mon Sony, qui ne se débrouille pas mal. Dommage que le ciel n’y ait pas mis du sien, on se croirait en hiver alors que c’était fin août… Enfin ça ne dépare pas avec le jour où je poste enfin ces photos…

strasbourg_3

Strasbourg la petite France depuis le barrage Vauban

Mon appli photo sur Android : Photo Editor d’Aviary

J’essaie de passer moins de temps sur l’ordinateur (à force, ça me bousille le dos) tout en continuant d’alimenter le blog et les réseaux sociaux associés, dans l’espoir non dissimulé d’un jour en tirer un revenu qui me permettrait d’arrêter le travail qui me fait passer la journée devant un ordinateur. Ca ou gagner au loto… Et aussi parce que j’ai 3 idées débiles à la minute, dont pas mal qui sont des idées visuelles nécessitant un minimum d’édition graphique. Les journées n’ont que 24h, mais j’en passe une partie substantielle dans les transports ou à attendre les dits transports, téléphone à la main. Ca me tentait donc de trouver comment utiliser ce temps pour m’avancer dans la mise en forme de mes idées débiles.

aviary_tamponnier

La vie quotidienne est une source continuelle d’inspiration pour mes conneries…

Evidemment, les téléphones ne se prêtent pas du tout à ça. Sans souris ni clavier, au doigt, pas facile de faire du dessin. Mais pour écrire des mèmes ou commenter une photo trouvée lors d’une de mes explorations urbaines, c’est suffisant, à condition d’avoir une application idoine. Après avoir cherché des recommandations en ligne, j’ai téléchargé Photo Editor de l’éditeur Aviary (attention : il y a plusieurs applications portant ce nom, c’est bien celle d’Aviary qu’il faut prendre, je ne sais pas ce que valent les autres).

L’application contient des effets et des filtres, mais OSEF : Instagram fait la même chose et personnellement je n’y vois pas d’intérêt sauf quand il s’avère que le filtre permet de mettre en valeur / mieux voir ce qu’on veut montrer dans la photo par l’effet des contrastes accrus ou de floutage des bords.

herault

Fond réalisé en photographiant mon manteau noir dans le métro

Par contre, et là c’est plus intéressant, l’application a des menus pour choisir soi-même d’augmenter ou diminuer contraste, luminosité, chaleur, netteté, « vibrance » de la photo. Le mode « vignette » permet de flouter et masquer les contours de la photo si vous voulez un effet de focus sur ce qui est au centre.
Et surtout, les fonctions que j’utilise le plus même si elles sont très basiques :
– la fonction Meme, qui permet de créer un Lolcat ou équivalent juste en saisissant son texte idiot dans les deux champs (haut et bas).
– la fonction Texte, que j’utilise surtout pour ajouter mon tag, mais qui, contrairement à la fonction Meme, permet de modifier la taille, la couleur et la position du texte. On peut aussi changer la police, mais seulement en téléchargeant le pack supplémentaire.
L’application est gratuite, avec des packs payants pour des extensions de fonctionnalités, et aussi des packs gratuits qui ne sont pas installés d’office. Mais je n’ai parlé ici que de la version de base, bien suffisante pour un usage basique.

En résumé : grâce à Aviary, vous n’avez pas fini de me voir publier des mèmes débiles (pléonasme redondant, 10 francs dans le nourrain).

proverbe_malentendu_1

SilentSunday #1

ss_1_jardin des plantes_ravin

A l’initiative de Mary Leviandier du site Londres pour les enfants , et découvert pour ma part chez Zenitude profonde. Une photo, pas de mots (ça va être dur!) et si vous souhaitez voir les photos de tous les participants à ce #silentsunday il vous suffit de cliquer sur l’appareil photo ci-dessous.

silentsunday

Analyse sémiologique des photos de vacances

(je voulais caser sémiologique dans un titre, ça, c’est fait).

Régulièrement, après chaque période de vacances scolaires, ma boîte mail est submergée d’offres pour imprimer mes photos, par paquets de 50, de 100, sous forme d’albums reliés…

Je prends des photos en vacances depuis que j’ai un travail et un appareil photo (cad que ça m’a pris plutôt tardivement). En fait, j’ai acheté un appareil photo (un argentique Olympus Myu II tout mignon, et très bon pour un ultra-compact, conseillé par… un client de la Fnac alors que les vendeurs étaient trop occupés pour m’éclairer) après mon arrivée à Paris, qui coïncide avec le début de ma vie professionnelle et de mes voyages. Mais à la base, je l’ai acheté pour photographier Paris.

orsay_sapho

Sapho, Musée d’Orsay

Parce qu’après une phase de « Mais c’est quoi cette ville grise et crade, pourquoi tout le monde fantasme dessus? » en arrivant dans la capitale, j’ai commencé à y faire ma touriste et à tomber amoureuse de ses vues. Il faut être insensible à la beauté pour ne pas trouver sujet de photographie à Paris (il faut aussi, maintenant, être habile pour éviter d’avoir une poubelle sauvage ou quelque déchet, humain ou autre, dans le cadre. Mais ceci est un autre sujet…).

Avec l’arrivée du numérique, comme tout le monde j’ai pris encore plus de photos. D’autant plus que pour moi, la photo n’a pas qu’une vocation artistique. Je ne prétends pas faire de l’art. Ni même du photo-reportage. Pour moi, c’est un bloc-notes visuel pour les cas où un petit dessin vaut mieux qu’un long récit. Notez bien que je prends également des notes détaillées de mes voyages, dans mes petits carnets, pour les impressions non visuelles. Mais les photos m’aident à me souvenir, après.

Lire la suite

Exploration urbaine : jolies fresques et tags wtf

Cliquez pour avoir une idée de la localisation de ces étranges exemplaires d’art urbain…

Dimanche photos : Anvers et ses musées

Je vous ai déjà présenté vendredi ce que j’ai préféré à Anvers, avec un gros album photo sur Facebook.

J’ai préféré faire un album (et un article) séparé pour les musées, dont je fais toujours une grosse « consommation » en voyage.

Donc durant ce week-end, j’ai visité pour vous (enfin, pour moi, mais je partage) :
le musée Plantin-Moretus, plus intéressant à mon goût que la maison Rubens (et qui contient des portraits faits par lui, en plus). Je suis plus sensible à l’architecture, ainsi qu’à l’histoire de l’imprimerie, et c’est un peu plus original il faut bien le dire, ce qui signifie qu’on apprend plus. Je l’ai traité à part, je n’y reviens pas.

anvers_pm_09

Rêve de bibliophile…

le musée Mayer Van den Bergh et ses jolis netsuke, qui détonnent un peu au milieu. C’était une surprise agréable, je saturais un peu de l’art flamand. Par contre j’aime bien leur cuir doré (espagnol) et leurs vitraux. La collection rassemblée par Mayer Van den Bergh est très variée. Il mériterait une bonne heure en soi.

Lire la suite

Dimanche photos : Deauville

Suite de mes albums photos que je mets en ligne sur mon compte Facebook (Fan Actuel) au fur et à mesure :

Deauville 2015, pendant le festival. Tourisme (c’est joli, Deauville), reconnaissance autour du festival, et bien sûr photos de Keanu Reeves… Cf mes articles sur le festival pour avoir les histoires derrière les photos.