Fail de pub : Zadig & Voltaire s’engage contre le handicap

Avec une campagne ayant pour égérie une jeune femme ayant subi l’ablation des hanches et de quelques côtes.

Malgosia-Bela-Zadig-Voltaire-handicap

Je n’arrive pas à savoir si c’est un abus de Photoshop ou un abus de cocaïne. Ou une invasion de mort-vivant (surtout avec un nom comme celui du mannequin, Malgosia Bela. Si c’est pas un nom de vampire, ça…).

En tout cas en voyant la campagne, j’étais obligée de faire ce panneau…

Publicités

Fail de pub : Mauboussin : à trop photoshopper ta star…

fail de pub_mauboussin

Quand tu photoshoppes tellement ta star que tu dois remettre son nom sur la photo pour qu’on la reconnaisse…

En même temps, c’est de ta faute, t’avais qu’à en prendre une jolie, ça aurait donné moins de boulot au graphiste. Et ça coûte pas forcément plus cher.

Calendrier de l’Avent des idées cadeaux pour Noël N°21

Le comble du bon goût pour ces bouteilles de produit vaisselle « hipster » (c’est le BHV qui le dit) de la marque Dishesgood, aux slogans… euh… évocateurs…

avent_dishes hipster

Le seul truc qui les sauve un peu, c’est qu’ils ont fait les mêmes pour homme et pour femme…

Fail de pub : on nous vend du rêve (de Garonne et des hauts plateaux de la Réunion)

fdp_rondele

« Rondelé à l’ail de Garonne et fines herbes. »
Il a quelque chose de particulier, l’ail de Garonne? Il est plus goûtu que celui d’ailleurs?

Bon encore, ça se mange, alors ok, peut-être qu’il a un peu plus de goût, c’est le terroir, et peut-être aussi que c’est pour vanter l’agriculture nationale. Regardez, on produit français!

Et puis on nous prend beaucoup pour des cons aussi :

fdp_ushuaia

« Gel douche Ushuaïa à l’extrait de cèdre des hauts plateaux de la Réunion. »

Sérieusement?
Ca change quoi pour ta douche que le cèdre vienne des hauts plateaux de la Réunion ou d’ailleurs?

D’après la plaquette :
Sur les Hauts Plateaux de la Réunion pousse le Cèdre dont on extrait une huile essentielle particulièrement riche en cédrie, un vernis protecteur qui lui permet de vivre des milliers d’années dans des conditions particulièrement arides.

1) On te prend pour un arbre. Vas-y, tartine-toi de résine, si ça protège de l’écorce d’arbre, ça doit être bon pour la peau. Ouais, et les scarabées mangent de la bouse et ils sont super résistants aux radiations, on devrait donner de la bouse aux travailleurs d’Areva…

2) En plus de ça, l’arbre dont ils parlent est le Cèdre du Japon, aussi appelé Cryptoméria, et non l’arbre qu’on appelle communément le Cèdre, plutôt associé au Liban.
Or le Cryptomeria ne pousse pas du tout dans des pays arides : « C’est une essence de lumière et de climat tempéré à hiver doux qui aime des températures moyennes annuelles entre 8 à 14°c. Il exige une forte pluviosité, à peu près 1000mm par an ».

3) La « cédrie » dont ils parlent ne semble référencée que pour les cèdres « classiques ». Faudrait vraiment qu’ils nous expliquent ce qu’ils ramassent et où…

Joyeux anniversaireuh, nos pubs les plus sincèreuhs!

Récemment, j’ai reçu un email d’une société dont je n’ai jamais entendu parler, me faisant la promotion de lieux insolites, restaurants et animations diverses et variées (magiciens, etc) : « Plus que deux mois MACHIN pour organiser votre anniversaire!!! ».

Déjà, je ne sais pas comment ils ont eu mon nom et ma date d’anniversaire (de fait il est dans les 2 mois à venir). Et ça m’énerve, par principe. D’où le fait que je ne donne pas le nom de la boîte, pas envie de leur faire de la pub.

big-brother-1984

Ensuite, je sais que la moitié de la planète semble vouloir travailler dans l’événementiel et le marketing événementiel, tellement qu’à l’heure actuelle il y a plus de gens qui veulent bosser là-dedans que d’événements à organiser… voire de public pour y assister. Donc ils essaient de carrément créer les besoins.

Ca tombe bien, pour les événements (censés être) privés, on est dans une culture de l’épate sur Facebook, Instagram et autres. On organise aussi de plus en plus souvent des méga-anniversaires avec location de salle et autres animations. Volonté de partage, de resserrer les liens sociaux à l’occasion d’événements, alors que les gens sont plus mobiles qu’avant, etc.

Mais ce n’est pas du tout mon trip. Déjà, à plus de 6-8 personnes, je trouve qu’il est impossible de parler à tout le monde durant une soirée. Ou alors ça ne vole pas bien haut. A quoi ça sert de passer du temps avec des amis, si on n’a pas le temps de se parler? Je ne suis pas GO, moi. Je préfère qu’on se voie en petit comité. (encore qu’à 20, ça présente un avantage : si ce n’est pas vous qui avez fait la liste des invités et qu’il y a des gens que vous ne pouvez pas sentir dans le lot, vous pouvez tout à fait passer toute une soirée, voire tout un week-end en groupe, sans adresser la parole à ladite personne à part pour dire bonjour et au revoir).

En fait, la dernière fois que j’ai mis les pieds dans un bar branchouille (les trucs qu’on fait quand on est fan…), je me suis demandée comment le personnel faisait pour supporter de travailler là – et rappelée pourquoi je ne le fais pas plus souvent. C’est bruyant en permanence, entre la musique de fond et les bavardages. Au bout de 2h j’en avais déjà marre et hâte de rentrer chez moi – mais je ne pouvais pas parce que j’attendais le « pestacle ».

Il faut dire que, je l’ai déjà constaté, mon seuil de résistance au bruit est inférieur à la moyenne : même avec de la musique que j’aime, je sors les bouchons d’oreille quand les gens disent « ah ouais monte le son c’est bon coco » (même si personne ne dit plus ça depuis 1970). Et avant les musiciens, mais c’est normal : le temps de devenir professionnels, ils sont déjà à moitié sourds (vous remarquerez que la plupart du temps, le staff des salles de concert porte des bouchons d’oreille). Et là où beaucoup cherchent « l’ambiance », moi je fuis à la recherche de calme.

La vie est bien faite : je suppose que les gens qui travaillent dans ces domaines se demandent comment d’autres (comme moi) peuvent supporter de se lever de bon matin pour aller travailler dans des bureaux devant un ordinateur. La réponse est que je me passerais des open space qui finissent par cumuler certains inconvénients du bar (trop de monde, trop de bruit). Mais qu’à choisir je tolère mieux le bureau que le brouhaha.

Enfin du coup, la pas-surprise party avec sono à fond et animateur, fut-ce dans une cave troglodyte ou sur une péniche, ce n’est pas exactement ce qui m’attire le plus comme idée de soirée… C’est même à l’opposé. Et ma conception de l’anniversaire idéal, c’est de faire exactement ce que je veux, pour me changer des contraintes du quotidien (métro boulot impôts etc).

Passer 2 mois à chercher une salle, un menu, des animations, lancer des invitations, gérer les inpondérables, les invités qui annulent au dernier moment et rondes diplomatiques, ça reviendrait à me colleter un boulot monstrueux pour organiser une soirée, qui elle-même me plairait nettement moins qu’un simple dîner entre amis au restau (je vous ai déjà expliqué ce que je pensais de faire la cuisine…), une sortie en petit groupe, voire un voyage en solo dans un hôtel.

Important, l’hôtel. C’est le lieu où le ménage est fait pour toi, où tu n’as pas à faire le lit non plus, et où pour le petit déj et les repas, tu mets les pieds sous la table et tu choisis dans le menu *ploum ploum ce sera toi que je mangerai*, même pas de vaisselle à faire après. LE BONHEUR A UN NOM : (tokio) HOTEL.

Team introvertis : rassemblement!

Introverts+unite+today+is+the+day+we+shall+unite_9392b3_5040721

Nostalgeek : Les pubs de Noël

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais certaines pubs ne sont diffusées que pendant les fêtes de fin d’année. Pour celles sur les fruits de mer, c’est compréhensible, mais d’autres ont marqué ma mémoire, bien malgré moi. Elles sont associées à la longue soirée familiale du Réveillon de Noël, où on fait traîner le dîner en attendant minuit, avec quelque banalité innocente et pas trop prenante à la télé (best of Disney par exemple).

Notamment celle-ci, qui frappe par son inadéquation avec les fêtes, et son efficacité sans fioriture, pour les produits d’étanchéification pour la maison, Dip Etanch. (désolée, je n’arrive pas à inclure les vidéos de l’Ina dans le post à part comme ça, et je n’ai pas retrouvé cette pub ailleurs que chez eux. Gloire à l’INA!).

http://player.ina.fr/player/embed/PUB3249890098/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/460/259

C’est une mauvaise pub en ce sens qu’il n’y a aucune recherche, aucun scénario, juste un slogan bêta. On dirait du Rozana (et encore, il joue mieux). C’est une très bonne pub parce qu’elle ne passe plus depuis 10 ans et pourtant je m’en souviens encore, dont le nom du produit. Et comme elle était courte (5 secondes), elle ne devait pas leur coûter trop cher à la diffusion malgré les fêtes.

Elle était généralement accompagnée de celle-ci pour les vitamines Juvamine :

Qui suit les mêmes principes : brièveté, slogan simple… Et qui en plus passait plusieurs fois de suite. Le spot est tellement nul que les pubs actuels de la marque jouent dessus :

Hit de pub : des pubs dans le métro qui illustrent bien le quotidien parisien…

Les pubs ont tendance à idéaliser le monde pour mettre en valeur les produits qu’elles viennent. Récemment des campagnes d’affichage dans le métro jouaient au contraire sur les côtés moins glamour de la vie à Paris.

Celles de Netflix pour la série « Better Call Saul » (sur un avocat sans scrupules), il y a quelques semaines :

FA_pub_Netflix_RATP_1

FA_pub_Netflix_RATP_2

Je suis étonnée que la campagne ait passé les foudres du CSA ou de je ne sais quel comité de censure des affichages publics. En tout cas, elle est très bonne…

Et depuis peu, cette pub pour Voyages-sncf (l’affiche indiquant le site figure sur un panneau adjacent) :

FA_pub_ratp voyages sncf

C’est bien : maintenant on n’essaie même plus de nier que la ville est crade et que les gens sont malhonnêtes et mal élevés, c’est carrément devenu partie intégrante de son image. Youpi.

Fail de pub : Alice et la boule à lessive

Alice est une jeune femme active avec un intérieur impeccable à la pointe de la domotique. Et Alice est une blonde tellement quiche qu’elle a du mal à utiliser le bouchon doseur à lessive.

Alors les lessiviers de Le Chat Machine ont inventé la boule auto-dosante, comme sur les bouteilles de pastis jadis dans le café de mon grand-père.

*crédit pour la photo en bas de page

*crédit pour la photo en bas de page

… Parfois, je me demande si les marketeux nous prennent pour des cons. Mais là je ne me pose même pas la question. Clairement, ils visent les ménagères au QI de bivalve.* Ou les handicapés de l’indépendance lessivière trop fainéants pour lire l’étiquette du bidon de lessive.

Parce que bon, on est en train de parler de lessive, pas d’une centrale nucléaire. Si tu ne mets (vraiment) pas assez de lessive, ton linge sera peut-être un peu moins propre, et si tu en mets (beaucoup) trop, ça va buller un peu et mal se rincer. C’est pas à 3 gouttes près. D’autant que la quantité optimale de lessive à utiliser dépend, si on va par là, de la quantité à laver, de la température de l’eau, de la dureté de l’eau (pour les utilisateurs de mon guide de la lessive pour les nuls, ça veut dire si l’eau contient plus ou moins de calcaire. A Paris, l’eau est très calcaire, ça diminue l’effet de la lessive ou laisse des traces blanches, il faut ajouter de l’anti-calcaire, le fameux Calgon ou ses concurrents)…

C’est pas une boule à pastis qui va améliorer les performances de ta machine à laver.

Et pour les maladroits chroniques, il y a la lessive en dosettes.

anim_jurassic lego

Donc là, la pub est nulle, mais le pire est que le produit est rigoureusement inutile.

* L’illustration de boule à pastis vient de la collection exposée sur le site pastisnet.be.

** cad ménagères ET avec un QI de bivalve. Les ménagères dignes de ce nom savent doser la lessive.

Fail de pub : Costa Croisières

La campagne de pub télé actuelle de la compagnie de plaisance maritime Costa Croisières montre les habituelles images de soleil et de farniente. Le slogan : « 9 clients sur 10 recommandent Costa Croisières« .

Costa

Je suis la seule à compléter machinalement par « Parce que le 10e est au fond de l’eau à Giglio »?

Ah non tiens, je ne dois pas être la seule :

I’m just à Giglio,
et tout au fond de l’eau,
Je maudis le capitaine…