Le blues du musicien arrivé

Vous avez peut-être remarqué que nombre d’artistes à succès connaissent des passages à vide, voire perdent carrément l’inspiration ou ce qui faisait leur charme indéfinissable auprès du public. L’une des raisons se trouve sans doute dans les effets secondaires du succès : gloire, argent et cour de cireurs de pompes. Non que j’accorde du crédit au cliché de l’artiste maudit, non on n’est pas forcément plus talentueux quand on est malheureux. Mais le succès, notamment en musique, c’est en partie une question de toucher son public, d’arriver à toucher à l’universel via ses paroles… Alors que si on les laissait faire sans filtre, une star qui écrirait sur son quotidien, ça donnerait ça (à imaginer sur une rythmique de blues très classique) :

(du dum du du dum, bo bom bo bom)
Le voiturier a rayé ma Porsche hier soir (du dum, du dum)
Alors j’ai dû sortir ma vieille Jaguar (du dum, du dum)
Son châssis surbaissé se mange les trottoirs (du dum, du dum)
Ritz et Carlton fermés, où je vais aller au bar? (du dum, du dum)
(Refrain : )
Seuuuûl dans ma chambre, loin de la foule en chaleur
Je pense aux orphelins de guerre dans leur malheur
Putain de conflit qui m’a pris ma place au 20 heures…
J’ai pas trouvé de groupie pour mon coup du soir
Il faut être prudent et choisir une bonne poire
Elles n’hésitent plus à te traîner à la barre
Si tu leur laisses un polichinelle dans le tiroir…

C’est nettement moins « relatable » pour le vulgum pecus, pas sûr qu’il en vende des millions…

Sinon on peut faire la version hôtelière de « J’aurais voulu être un artiste », dans le même genre de problème de riches.

J’aurais voulu être à l’Ibis
Au lieu de ça je suis au Carlton
Je suis emmerdé par le service
Toujours entouré de vingt personnes

(ayant grandi dans un milieu plutôt petit bourgeois de première génération à s’être extraite d’un milieu prolétaire, j’ai découvert sur le tard le monde du luxe. Et autant j’ai adoré le service aux petits oignons d’hôtels 5 étoiles comme le Sers ou le Park Hyatt, autant le serveur qui vient te remplir ta tasse de thé toutes les 5 minutes au Plaza Athénée, j’ai trouvé ça un poil envahissant. Je ne suis pas encore grabataire, je peux me servir moi-même, si je laisse du thé dans la théière c’est pour qu’il reste chaud pendant que je déguste ma religieuse à 14 Eur, et j’aimerais bien papoter avec ma copine tranquille sans être interrompue à tout bout de champ, merci!)

Je suis disponible comme parolière comique, j’adorerais toucher des sous de la SACEM.

3e vente aux enchères « Goldorak » (et autres) dimanche 25 avril

La maison de ventes Cornette de Saint Cyr organise dimanche 25 avril une 3e, je crois, vente de cellulos et autres originaux de dessins animés japonais « Génération Goldorak« . La vente se tiendra à Bruxelles et en ligne – vous pouvez déjà consulter le catalogue et même poser des enchères. Si vous avez un PEL à liquider… sur les 2 premières, les prix ont grimpé très haut d’après les gens qui ont leurs réseaux pour acheter directement au Japon ou entre collectionneurs. Quelques centaines d’euros en général, à quoi s’ajoutent les frais de ventes, et, dans ce cas, de transport, car la vente a lieu à Bruxelles.

Encore de très belles pièces notamment du film Black Jack d’Osamu Tezuka (jamais vu, mais les cellulos sont superbes), une grosse brouette de Dragon Ball et ses dérivés, des Saint Seiya (dont Asgard), du City Hunter (pas mal), 2 cellulos pas dégueulasses de Akira (Tetsuo en l’occurrence), un cellulo du Memories du même Otomo avec son certificat d’authenticité signé du maître, du Capitaine Flam, du Albator, du Goldorak donc, et noyés au milieu, quelques cellulos plus rares me semble de Gigi, un de Creamy, un de Lady Oscar (personnage secondaire mal labellé sur le catalogue), et même des Cités d’Or dites donc…

Blocage de mon blog par Facebook : suite

En essayant de poster le lien sur un autre compte, j’ai eu ce message là, un peu plus précis.

FB n’aime pas la concurrence dans l’arnaque?

Donc si ça se fait, mon blog est bloqué à cause de son nom, soit à cause de l’homophonie avec Femme Actuelle, soit parce que c’est proche de Fan Actu (dont j’ignorais l’existence ou n’y prêtait pas grand cas quand j’ai commencé à écrire le bouquin pour la publicité duquel j’avais lancé le blog – bouquin jamais publié, vu que le blog devait aussi me permettre de jauger s’il y avait un public suffisant pour ça, et la question elle est vite répondue… je n’ai pas un diplôme de marketing pour arriver à vendre un truc qui ne se vend pas tout seul).

Malgré la totale différence de thème, ils sont bien assez cons à Femme Actuelle pour m’avoir taggé comme plagiat si l’un d’eux a croisé un de mes posts : je sais qu’un journal du même style, ou le même, avait envoyé des menaces d’avocat à des gens il y a quelques années pour des motifs similaires. A priori, FB ne fait pas la différence entre jeu de mots qui ne rapporte rien » et « tentative d’escroquerie ».

Du coup, si pour que le blog redevienne autorisé, il faut que je change son nom (cad « la marque », malgré son manque de notoriété ), alors qu’elle est partout sur Twitter, sur les images du blog etc… on va continuer à se passer de FB.

De toute façon ils sont tellement en train de purger leur réseau de tous les contenus qualitatifs tout en autorisant les pubs de merle, que je ne sais pas si ça changerait grand chose à la diffusion… C’est pas compliqué : maintenant même les grands comptes qui les utilisent les qualifient de « ransomware »…

En plus, si ça se fait, la raison ce n’est pas l’homonymie mais la tendance de WordPress elle même à devenir un site de pub plutôt qu’un site de contenu…

La drogue c’est mal

Un artiste partage une vidéo d’un autre artiste expliquant ses coûts pour répondre aux gens qui trouvent ses prix trop élevés. Douchebag arty vient répondre que le copyright est un concept bourgeois in French in ze text.

A force d’être contredite par des gens moins perchés, elle finit par avouer qu’elle essaie de justifier un commentaire débile qu’elle a fait pendant qu’elle était shootée.

D’un côté ça me rassurerait vaguement de penser que tous les gens qui écrivent des conneries sur le web le font sous l’effet de la drogue. D’un autre, je pense que les fabricants devraient mettre des détecteurs pour empêcher les gens de poster bourrés/drogués, ça nous ferait des vacances.

Fandom et bricolage

C’est quand je parcourais l’Angleterre (et plus) pour les concerts de James Marsters que j’ai commencé à enregistrer des souvenirs vidéos des dits concerts. En effet, si Marsters n’a pas été le dernier à presser comme des citrons les portefeuilles des fans dr Spike (son personnage dans Buffy), et qu’il a même sorti un DVD d’une des conventions organisée par les Anglaises qui montaient ses tournées, il n’a pas sorti de DVD live de ses concerts (enfin pas du temps où je le suivais). Peut-être retenu par la toute dernière fibre d’orgueil qui lui restait.

Il faut dire que question musique, il a plutôt été consistant dans l’inconsistance. Ses meilleurs concerts ont eu lieu dans les « vraies » salles de concerts, et je soupçonne fortement que c’était parce que la perspective d’être jugé par ses « pairs » du staff des salles en question, en théorie connaisseurs en musique, le motivait plus que de faire son numéro devant des fans acquises à sa cause.

Rendons lui cette justice : même au sortir d’un concert à la sono pourrie ou quand il avait chanté faux la moitié du temps, beaucoup s’exclamaient que ça avait été super… C’est parfois triste, pour une fan d’un artiste « physiquement intéressant », que l’amour ne rende pas complètement sourde.

Et il a mis très longtemps à sortir même un album solo, et j’aime bien connaître par cœur les chansons que je vais écouter en concert. Donc j’enregistrais des vidéos, avec le matos de l’époque. Un Kodak, de mémoire. L’un de ces appareils photos avait un défaut regrettable : une loupiote rouge qui restait allumée quand on enregistrait des vidéos. Je crois que c’est fait exprès pour compliquer la vie des pervers qui veulent filmer sous les jupes des filles. C’était aussi fort contrariant quand les vigiles scrutaient la foule parce que le règlement de la salle interdisait les vidéos.

C’est moi qui l’ai fait !

Donc j’avais bricolé, avec de la sangle noire de 2cm de large, 2 anneaux et du fil, un porte-appareil photo customisé, qui me permettait de le porter autour du coup et accessoirement, de cacher la loupiote cafteuse.

Ci-dessous, la vidéo du meilleur concert que je l’ai vu donner. J’ai eu la curiosité une fois de chercher des vidéos plus récentes : ben franchement je crois que sans fan un peu critique pour lui mettre la pression, ça ne s’est pas amélioré…

Eh ouais je suis trop une rebelle moi, j’ai fait des bootlegs, même pas peur.

Litanie contre la pelle

Si vous avez lu Dune, vous connaissez la Litanie contre la Peur. Un petit texte des Bene Gesserit qui vise à permettre à celui qui se le récite de surmonter sa peur (testé et approuvé par moi pendant des crises d’angoisse à 3h du matin. Essentiellement parce que ça sert à focaliser le cerveau sur un truc précis. C’est un peu comme de la méditation sauf que je n’arrive pas à pratiquer la méditation assez pour en tirer un réel bénéfice).

Dans cette optique, et inspirée par une copine qui a pour leitmotiv :

Je vous présente la Litanie contre la Pelle.

Pour lutter contre l’envie de répondre aux casse-bonbons à grand coups de pelle.

Entend mon appel-euh
Mon ami Pierrot.
Prête moi ta pelle
Pour punir un sot.

L’envie est si forte
De lui mettre un pain.
Ouvre-moi ta porte
Sinon t’en prends un!

Buffy : Once More with Feeling : Rave in Peace

Dans une tentative de désencombrement, je me suis enfin décidée à revendre mes DVD de Buffy. Mais avant, il y a un seul épisode que j’ai voulu revoir : l’épisode musical Once More With Feeling (saison 6, épisode 7).

Et plus j’y repensais, plus les chansons (dont j’avais jadis le CD) me revenaient en tête. J’en suis la première surprise, vue l’allergie que j’ai développée envers Joss Whedon (le créateur du show) pour la façon dont il a abandonné la série, pour les saisons 6 et 7, aux mains de Marti Noxon, qui l’a complètement sabordée de ses névroses. Vous me direz, la plupart des auteurs écrivent autour de leurs névroses, mais les bons le font en évitant les métaphores lourdingues, et en respectant les personnages au lieu de les bousiller.

Soit dit en passant, pour me remettre en tête le contexte, j’ai regardé seulement 2 épisodes avant celui-ci, et pour le reste, la lecture des résumés sur Wiki m’a rappelé pourquoi les saisons 6 et 7 m’ont fait passer le goût de Buffy.

D’ailleurs, je vous déconseille de les regarder si vous avez le moral dans les chaussettes. Entre Buffy en pleine dépression post-résurrection, abandonnée par Giles (l’acteur Anthony Stewart Head voulait retourner en Angleterre, si je me souviens), obligée de bosser dans un fast-food pour conserver un toit à sa soeur Dawn (leur mère est morte dans la saison 5), alors qu’aucun des autres habitants de la maison (Willow et Tara) ne songe à ramener des sous… Willow qui sombre dans une addiction à la magie (traitée à la truelle)… Et la menace fil rouge de la saison, ce sont les 3 geeks crétins.

Mais passons. L’épisode musical, lui, permet aux personnages de révéler leurs profondes blessures, dans un florilège de styles divers, et même si les talents de chanteur des acteurs varient, le résultat global n’a pas trop vieilli.

Par contre, il vaut mieux regarder la VO et éviter de lire les sous-titres des chansons, qui sont… Maïgod. Mais quelle idée. Je sais que c’est compliqué de trouver des rimes, mais tout de même… « Allons affronter ces galopins »? Pour rimer avec les lapins d’Anya ?

Cela m’a aussi rappelé que j’avais écrit une autre parodie (en plus de celles des chansons de James Marsters déjà recyclées sur ce blog), sur la musique du numéro de Spike, « Rest in Peace », adapté au contexte d’une fan en convention (ça a 18 ans, hein. Mais je suis assez contente du push-up).

Rave in Peace

I grew bored
So many years ago
You can make me feel
Like it isn’t so
And why you come to conventions
I think I finally know
Mmm, mmmm

You flirt
Enjoying the whole game
And you can’t be the one you are
You know they want some more
Playing with a thousand girls
It doesn’t make it real

That’s great —
But I don’t wanna play
‘Cause being with you touches me
More than I can say
And since I’m only game to you
I’m saying stay away
And let me rave in peace

Let me rave in peace
Let me get some sleep
Let me take my love and bury it
In a hole six-foot deep
My Buffy tapes are all worn
But I can’t find my sweet release
So let me rave in peace

You know
You got a thousand slaves
And you just love to let them hope
That you might misbehave
But ’till you do, I’m telling you
Stop blocking my brainwaves
And let me rave in peace

I know I should go
But I follow you
Like a fan possessed
There’s a push-up here
Beneath my breast
And I go to cons
Each time you’re a guest
If my bank could speak
It would sure protest
But I can see
You’re unimpressed
So leave me be

Let me rave in peace
Let me get some sleep
Let me take my love and bury it
In a hole six-foot deep
My Buffy tapes are all worn
But I can’t find my sweet release
Let me rave in peace

Why won’t you let me rave in peace?

Facebook bloque mon blog

Non vous ne rêvez pas, 2 articles en 2 jours !

Bon, celui-ci est juste pour signaler que depuis hier, Facebook n’accepte plus que je partage de lien vers mon blog. Ils avaient déjà désactivé le partage automatique il y a un bail, les raclures, mais là, sans raison explicite, plus possible de poster de lien sans avoir ce message.

J’ai consulté les « standards de la communauté », et je ne vois pas en quoi mon blog y contrevient. De toute façon, les standards de Facebook ne bloquent pas les pages qui se font du clic et des appels de fonds en volant et repostant des photos d’enfants handicapés ou morts, ni les communautés sexistes.

Je me suis tournée vers le forum d’entraide WordPress, voici leur réponse :

Autant dire que mes chances que Facebook résolve le problème sont nulles.

J’hésite entre boycotter (mais c’est compliqué) ou les spammer de contenu merdeux énervé. Ça tombe bien, je suis d’humeur.

Les comptes foireux sur les réseaux sociaux

Miracle des robots chercheurs de mots clés sur Twitter : je tweete une série de captures d’écran du jeu Saint Seiya, dont une avec une blague comparant Mu à un ingénieur en informatique.

Screenshot_20200519_085521

Dans la foulée, ce monsieur like et me suit. Rien que le profil orienté pro / bullshit talk me donne envie de le claquer. Je me doute déjà que c’est un robot qui m’a suivi après avoir détecté les termes « ingénieur en informatique ».

Screenshot_20200519_084934

Je regarde ce qu’il poste… Que des banalités de « développement personnel ». Il a dû se faire une base de données et un compte Twitter qui en poste un élément en aléatoire 2 fois par jour 🙄

Screenshot_20200519_084918

Merci mais 1) le bullshit talk, c’est seulement au boulot que je le supporte, et parce que je suis grassement payée pour ça. 2) si c’est pour interagir avec des robots, je préfère suivre un DAB.

Screenshot_20200519_090008

En plus, il a des milliers d’abonnés mais 10 like en moyenne par tweet, comme quoi payer pour acheter des followers, ça se voit. Pas très sûre que ça marche.

La prélogie Star Wars aurait pu être mieux

En faisant du tri dans mes archives, je suis tombée sur une ébauche de scénario de la prélogie Star Wars que j’avais écrite pour tenter d’être plus crédible que la vraie. Si elle n’avait pas été écrite par George Lucas pour « des garçons de 12 ans » (et aussi *par* un pré-ado boutonneux, non?). C’était en anglais parce qu’à l’époque je bloguais pour un public plutôt anglophone. Et je n’ai guère le temps de la traduire alors je la partage telle quelle.

Les épisodes 1 et 2 ne sont pas très développés (la bluette entre les 2 tourtereaux, ce n’est pas ma tasse de thé), d’autant que faute d’histoire dans le 2, il faudrait carrément inventer une intrigue. Par contre, je me suis surprise moi-même des idées que j’avais trouvées pour l’épisode 3 (en toute modestie. Enfin c’est surtout que je ne suis pas sûre que j’aurais encore l’inspiration pour écrire quelque chose dans ce genre à l’heure actuelle). Si quelqu’un a quelques dizaines de millions de dollars pour racheter les droits et tourner ma version afin que Darth Vader récupère une « origin story » digne de ce nom et qu’il y ait moins d’incohérences avec la trilogie originelle, qu’il se manifeste.

anim_star wars_dark side

Episode I (bis) : The Teenage Menace

– Anakin is 12 years old and Padme 18 when they meet. The situation is pretty much the same, but a little more believeable… (I figure Lucas wanted young heroes to « capture » the audience of kids, but a 14-yrs old ELECTED Queen? And an 8 yrs old human kid who annihilates a destroyer by accident, even with the midichlorians thingy?)

– the drama of the separation doesn’t lie in the fact that he’s too young a boy to leave his mother, but more because he considers himself the man of the household and responsible for her protection (and a big part of her income, through his work).

– on the other hand, it enforces the parallel between Anakin and Luke, about their desire to live a « bigger life » than being trapped on Tatooine, becoming spaceship pilots and travel across the galaxies.

– Anakin’s impulse to help Qui-Gon Jinn and Padme is all the stronger (and his crush more believeable) from the fact that he’s nearing puberty and wants to impress Padme. Most 8 years old boys think girls are boring.

– during the last fight between Qui-Gon Jinn, Obi-Wan and Darth Sidious, after Qui-Gon Jinn’s death, Obi-Wan is shortly tempted by the Dark Side. That’s actually how he manages to overcome Darth Sidious (I mean seriously, otherwise how come Qui-Gon Jinn would have been sliced, and not him?…)

– after Qui-Gon Jinn’s death, Obi-Wan receives the title of Jedi, but has to submit to some extra training by Yoda, partly so he could train Anakin. Yoda has to cool him down a bit, because he didn’t really appreciate his mentor’s death and the Council’s refusal to follow his advices regarding Anakin (insist on parallel between those 4 Jedis : Qui-gon, Obi-Wan, Anakin and Luke are all guys with their own ideas that have problems accepting blindly the authority’s orders, and are sometimes right in that – PS du moi de 2020 : en fait le parallèle était déjà assez évident comme ça).

=================================

Star-Wars-Episode-II

Episode II : Attack of The Clown

– Anakin is 18 yrs old and Padme is 24 yrs old, more or less like in the canon

– remove the silly fluffy « Ingalls family » scenes… Really one can write a love story that isn’t hopelessly ridiculous.

– add some scenes showing Anakin’s glorious moments – the source of his arrogance (just a mention from Obi-Wan’s mouth early in Ep III doesn’t quite cut it…) -, his disagreements with the Jedis, and how Palpatine backs him up often when it happens. In other words : show, don’t tell. First and most important advice for any writing.

=================================

StarWars - Revenge-of-the-Sith

Episode III (bis) : Revenge of the Script

– Padme doesn’t want children as long as she’s a member of the Senate, as she knows it would be too difficult to hide. Anakin does want children as soon as possible, despite their situation. His frustration towards the Council makes him fancy raising children not in the way of the Jedi, too coy and limited by bureaucracy in his opinion, but allowing them to develop their full potential (since he considers that the Council is bridling his own).

– during the fight to rescue Palpatine from Count Dooku, Obi-Wan is injured differently (because he really should have his backbone broken from the fall of this metal platform on his back…). He’s trapped, but not unconscious.

– he sees Anakin killing Dooku while this one is unarmed, and when they’re back, he has Anakin judged by the Jedi Council about it.

– Anakin is ordered to follow some « rehabilitation » course with Yoda, but resents doing it, mostly for fear that Yoda would read in his heart his ongoing affair with Padme. Palpatine casually offers him advices on how to hide thoughts and feelings from inquisitive minds… Pretending that it’s a talent he developed for politics, as some alien races have mind-reading abilities (no mention is made of the Sith but at least he has a good excuse ready this time :P).

– Palpatine pressures the Jedi Council so they would reintegrate Anakin.

– despite her contraception, Padme gets pregnant soon after Anakin comes back on Coruscant (at the beginning of the movie). She strongly suspects that the Force and Anakin’s desire to have children have something to do with it.

– as a consequence, she also starts wondering if her love for Anakin isn’t influenced by the Force. Since he can manipulate weak minds at his will, wouldn’t he be able to twist her emotions, either consciously or not. Wanting her so much to reciprocate his love that he would have « enhanced » her feelings for him?

– Anakin starts having nightmares of Padme dying, attacked by Clone troopers. Since they are (so far) under the Jedis’ command, this reinforces his distrust towards the Order. He asks to be assigned to her protection and inquires about that possible attack, but the Council refuses.

– Padme decides to leave Anakin before he finds out that she’s pregnant. Her surprise pregnancy and his talks about his projects for their kids to raise them outside of the Jedi Temple and guidance have made her suspicious.

– also, Palpatine plots against her and she got word of it. He wants Anakin as an apprentice, but he’s afraid that his loyalty for his family might overcome his loyalty for him. And that were he to have children with similarly high rates of midi-chlorians, he might think of taking over him to put in command a lineage of powerful Jedis of his blood. Which, actually, Anakin did think of already…

– Palpatine organizes an attack of Padme’s ship by Clone troopers, under cover of a false information that it hosts rebels. Padme escapes, but uses the occasion to let Palpatine and Anakin believe that she’s dead. She finds asylum on Alderaan where she’ll later give birth to the twins.

– the news of Padme’s death sends Anakin overboard in his hatred for the Jedi Council. Palpatine reveals himself as a Sith to him, and converts him. Anakin defends Palpatine against Mace Windu (who he sees as the main responsible of Padme’s death, since he always refused to let him inquire about the threats on her life) and falls into the Dark Side.

– Anakin accepts Palpatine’s mission to kill the guys on the volcanic planet. I really ought to find another way to end the fight that him stupidly jumping over Obi-Wan to get his legs cut, and Obi-Wan mercilessly leaving him to burn near the lava. No, really. Symbolism or not, that was beyond ridiculous. And cruel.
« Farewell, you who were my beloved student, you are lost to us because you gave in to the Dark Side, and thus I can no longer save you. And I won’t even put an end to your sufferings by killing you while you’re reduced to a burning chicken. That’s the way of the Bright Side of the Force. Mercy, compassion and Sith-kebab. »

– when Padme gives birth to his children, Bail Organa and his wife immediately adopt the girl. Padme remains near her but under a false identity (she’s used to fake being a servant, after all). Obi-Wan soon brings Luke on Tatooine, because he fears that if they stay together, their combined influence on the Force might clue in the Emperor. Padme gets involved in the Rebellion more actively, and finds a quick and anonymous death in some space battle before Leia gets very old. Because really, there were enough grandiose deaths like that. Hence the few vague memories of her that Leia mentions to Luke in Return of the Jedi (or the mere fact that she is not surprised when he asks if she remembers « her real mother » even though she never said she was adopted. Is that public knowledge in the Rebellion? Leia « adopted » Organa?).

TA-DAA!